Search:
From the Archive
Asking People to Repent and Postponing Judgment till the Day of Resurrection
This Cursed Hadith of the So-Called Five Pillars of Islam
The Real Source of Danger Regarding the Massacre That Occurred in Two Mosques in New Zealand
PART III The Problematic Issue for Polytheists Regarding the Fact that the Messenger/Prophet Muhammad Was a Mortal Human Being (3/1)
Calculating the Single Rate Exemption and Deductions
Ascribing Notions and Narratives to God without Knowledge Is among the Features of Disbelief
Women's Rights in Islam
Fatwas: Part Twelve
My speech in East England youth conference which was from 2 July until 3 in colchester.
"N'avez-vous pas vu ceux qui ont échangé la Bonté de Dieu avec la mécréance..." (Coran 14:28)
Fatwas Part Eighty-Two
Dr. Mansour, Would you accept that someone would flog your Offspring?
Fatwas Part One-Hundred-and-Twenty-Three
Those Inveterate Liars!
Quranic Terminology: Perhaps
Lessons Drawn from the Assassination of the Russian Ambassador in Turkey
Hackers of the Mubarak Regime Attacked our Quranism Website Because of this Article
Quranic Terminology: Being (Un) Thankful to the Lord God (3)
Concerning Iblis, Satan, the Muhammadans, and the Phrase (God is the Greatest!)
L'Arabie saoudite sur le point de nier les hadiths sunnites: Le véritable danger posé par le wahhabisme au monde exige l'élimination immédiate du wahhabisme
A propos de notre voyage de pèlerinage à La Mecque - IV

A propos de notre voyage de pèlerinage à La Mecque - IV

 

 

Publié le 3 décembre 2019

Traduit par: Ahmed Fathy

 

 

 

Quatrièmement: dans les aéroports et à l'hôtel:

1- Le jeudi 21 novembre, nous partions pour notre voyage à 22 heures. Nous avons pris l'avion de United Airlines à l'aéroport international de Dallas à Washington. Notre transit était dans un aéroport de Francfort; un avion de Lufthansa nous a conduits à l'aéroport de Djeddah. Nous sommes arrivés à Djeddah le lendemain à 22 heures. Sur le chemin du retour, nous avons quitté l’aéroport de Jeddah à 2 heures du matin le jeudi 28 novembre pour nous rendre à l’aéroport de Francfort, puis à Washington.

2- Notre quatrième fils, Hossam, nous a fourni un fauteuil roulant utilisé par les malades et ceux qui ne peuvent pas marcher longtemps dans les aéroports. Il y avait deux types de fauteuils roulants: celui qui doit être poussé par quelqu'un et les voitures spéciales pour transporter les gens et leurs bagages une fois entrés dans l'aéroport, comme nous l'avons vu à l'aéroport de Francfort. Malheureusement, l'aéroport de Dallas à Washington est en retard à cet égard; nous, un vieil homme malade, avons dû marcher avec nos bagages pendant environ un kilomètre avant d'atteindre la zone de United Airlines. Nous avons attendu pendant longtemps jusqu'à ce que quelqu'un nous apporte le fauteuil roulant et nous pousse, avec nos bagages, dans la porte menant à notre avion. Bien sûr, les fauteuils roulants sont très importants pour un vieil homme malade comme nous; cela nous fera économiser des kilomètres de déplacement à pied à l'intérieur des aéroports et à travers leurs portes et leurs étages; de plus, le fait de se déplacer en fauteuil roulant donne la priorité aux personnes comme nous dans l'examen des passeports et la fouille des bagages.

3- Il a été décidé que nous, notre femme et notre troisième fils, Amir, prendrons l'avion de Washington, et nous serons rejoints par notre quatrième fils, Hossam, à Francfort, car il prendra l'avion de Los Angeles où il travaille. Notre premier fils, Mohamed, nous a conduits à l'aéroport de Dallas et a accompagné nous, notre femme et notre troisième fils, Amir, dans les mesures relatives aux bagages. Amir et Mohamed, avec notre femme, ont pris les passeports et les bagages et se sont précipités dans la région de United Airlines. Nous avons marché très lentement alors que nous étions en retard, haletant alors que nous nous appuyions sur notre canne. Malheureusement, la canne est tombée au sol et il nous a été très douloureux de nous incliner et de la reprendre; les douleurs dans le dos étaient insupportables. Nous avons rattrapé nos fils et notre femme, sentant notre cœur battre. Nous nous sommes assis dans le fauteuil roulant, en attendant l'achat de billets, l'examen des bagages et d'autres mesures. Nous avons attendu assez longtemps jusqu'à ce que nous puissions embaucher quelqu'un pour pousser le fauteuil roulant dans le salon d'attente afin de prendre notre avion. Nous nous sommes sentis mortifiés lorsque nous nous sommes assis sur ce fauteuil roulant parce que nos traits du visage ne montrent aucun signe de sénilité et de vieillesse pour justifier l'utilisation d'un fauteuil roulant. Notre sentiment d'embarras a augmenté alors que nous avons vu de nombreux Américains plus âgés que nous marcher et pousser leurs bagages. Notre embarras a augmenté car les personnes qui ont poussé notre fauteuil roulant étaient une vieille femme puis un vieil homme; ils étaient presque à notre âge. Ce n'était pas très confortable pour nous, mais nous avons dû l'accepter. Nous les avons donné pourboire généreusement; cela n'a jamais diminué notre embarras. Quand nous avons demandé au vieil homme (quand nous avons vu son visage) s'il était du Pakistan, il a répondu avec arrogance qu'il venait du Bangladesh. Alors que ce vieil homme poussait notre fauteuil roulant, il haletait fortement et semblait ressentir de la fatigue; il a demandé l'aide d'Amir. Nous étions désolés pour ce vieil homme; nous avons imaginé, dans un moment de surréalisme, que nous allions quitter le fauteuil roulant immédiatement et le pousser avec lui! Notre prochaine Via Dolorosa était à l'intérieur de la classe économique de l'avion United Airlines; nous avons senti que cette entreprise punissait nous pour avoir obtenu des billets en classe économique en nous offrant des sièges très inconfortables qui ne manqueront pas de causer un mal de dos à un jeune homme mince, sans parler d'un gros, vieux malade comme nous.

4- Les détails de nos souffrances sont importants ici parce qu'ils sont liés à l'une des plus grandes caractéristiques des lois de la charia coranique; c'est-à-dire, les objectifs législatifs de facilitation et de suppression des difficultés. Cette caractéristique n'est pas seulement liée au pèlerinage dans notre voyage à La Mecque, mais aussi aux prières et à la purification / ablution. Nous sommes très reconnaissants à notre Seigneur Dieu parce que toute notre vie, nous n'avons jamais manqué aucune des prières quotidiennes imposées par Lui pour les croyants pieux à des moments précis. Nous réalisons facilement Tayammum en essuyant notre visage et nos mains avec un mouchoir propre ou contre une surface surélevée et propre. Le Tayammum sunnite utilisant du sable ou de la poussière reflète le retard et l'idiotie des lois sunnites; la poussière et le sable ne sont jamais soulevés ou des surfaces propres puisque nous les foulons avec nos pieds. Bien sûr, manquer des prières n'est guère excusable dans une telle facilitation, même en temps de guerre et d'être poursuivi par des ennemis, comme nous l'expliquons dans nos vidéos YouTube sous-titrées en anglais sur les prières et aussi dans notre livre intitulé "Entre les prières coraniques des gens musulmans et les prières diaboliques des polythéistes ". Nous prions régulièrement et à l'heure n'importe où, même à l'intérieur des avions et des voitures, tout en respectant autant que possible la piété et la concentration.

5- L'avion de United Airlines a atterri à l'aéroport de Francfort, où nous avons trouvé des soins inégalés pour des personnes âgées comme nous; un homme nous a conduits dans une voiture confortable sur plusieurs kilomètres jusqu'à ce que nous atteignions la porte de l'avion décollant pour Djeddah. Heureusement, il s'agissait d'un avion de Lufthansa et non d'un avion de United Airlines; la classe économique de l'avion Lufthansa a ses sièges très confortables et ses larges allées. Comme prévu, notre quatrième fils, Hossam, nous a rencontrés à cet aéroport de Francfort.

6- Nous sommes arrivés à l'aéroport de Jeddah le lendemain: vendredi 22 novembre à 22h. Un autre fauteuil roulant nous attendait; nous et notre femme et nos deux fils, Amir et Hossam, avons fait semblant de ne jamais nous inquiéter de rien. Amir et Hossam avaient tous les deux le numéro de téléphone portable de notre deuxième fils, Sherif, au cas où ils auraient besoin de l'appeler en cas d'urgence; Sherif passait des vacances en Espagne alors qu'il célébrait son 40e anniversaire, en attendant tous les appels à tout moment au cas où notre vie serait en danger. Heureusement, rien de terrible ne nous est arrivé. Que le Seigneur Dieu soit remercié et loué. Lorsque notre passeport a été examiné, nous étions assis dans notre fauteuil roulant devant une jeune femme saoudienne en niqab; cette employée a vérifié notre passeport, pris nos empreintes digitales et pris une photo de nous comme prévu. C'était tout. Nous supposons qu'elle a souri sous son niqab en accueillant nou au Royaume d'Arabie saoudite. Nous soupirâmes de soulagement; nous étions très heureux que rien de terrible ne nous soit arrivé. Nous avons déménagé de Djeddah à La Mecque dans une voiture confortable, louée par Hossam, conduite par un chauffeur saoudien; cela a aidé à passer tous les points de contrôle sans aucun problème. Nous ne pouvions pas nous empêcher de remarquer la large autoroute et les nombreux gros camions qui indiquent la prospérité commerciale. Hossam a réservé pour nous une grande suite dans un hôtel donnant sur la Mosquée Sacrée de la Kaaba; l'une des portes principales de cet hôtel est plus proche de la Mosquée Sacrée de la Kaaba. Par la fenêtre de cette suite, nous pouvions voir la Mosquée Sacrée de la Kaaba et entendre les prières et l'appel à la prière.

7- Nous étions fatigués après ce long voyage sans sommeil; pourtant, nous avons quitté l'hôtel rapidement pour voir la Kaaba pour la première fois de notre vie. Nous avons traversé des espaces pavés sans toit, puis des espaces pavés couverts qui entourent la Mosquée Sacrée de la Kaaba. Hossam nous a conseillé d'entrer dans la Mosquée Sacrée de la Kaaba par la porte du roi Fahd n ° 73 qui faisait face à l'hôtel afin de gagner du temps car cela a été le chemin le plus court de l'hôtel à la Kaaba.

8- Heureusement pour nous, il n'y avait pas de foules de pèlerins encerclant la Kaaba à cette heure. Nous avons dit à notre femme et à nos deux fils que la première étape était l'intention de commencer l'état d'Ihram et d'encercler la Kaaba. Bien sûr, ils ont une connaissance préalable des rituels islamiques du Hajj et de la signification de l'Ihram. Nous avions avec nous notre canne pour marcher facilement; nous avons rassuré notre femme et nos deux fils que nous pouvons encercler la Kaaba avec eux. Chacun de nos deux fils a pris nos deux bras dans les leurs pour nous aider à marcher; notre femme a marché devant nous; nous avons tous commencé à encercler la Kaaba; nous leur lisons des versets coraniques qui contiennent des supplications adressées au Seigneur Dieu et la glorification du Saint Nom du Seigneur Dieu; ils ont écouté pendant que nous tournions ensemble autour de la Kaaba. Ce fut un moment magique de ferveur et de dévotion. La circonambulation s'est terminée et nous avons décidé d'accomplir des actes de culte prolongés jusqu'aux prières de l'aube; nous avons prié et lu certains chapitres coraniques. Sentant une fatigue extrême et l'envie d'uriner, nos deux fils nous ont accompagnés dans la suite de l'hôtel où nous avons effectué la prière de l'aube par nous-mêmes; notre femme et nos fils ont exécuté les prières de l'aube à la Mosquée Sacrée de la Kaaba. En fait, notre femme a accompli des actes de culte prolongés jusqu'à la prière de l'aube à la Mosquée Sacrée de Kaaba tous les soirs toute la semaine; que le Seigneur Dieu la bénisse et la récompense. Chaque nuit, elle nous laissait dans la suite de l'hôtel soit après les prières de la nuit, soit après minuit afin d'accomplir des actes de culte prolongés jusqu'aux prières de l'aube à la Mosquée Sacrée de la Kaaba. Lorsque nous étions inquiets à l'idée qu'elle marche seule, nous nous souvenions (après avoir remercié et loué le Seigneur Dieu) des lumières et des gardes de sécurité partout à La Mecque, transformant les nuits en plein jour, et des mouvements constants de nombreux pèlerins entre l'hôtel et la Mosquée Sacrée de la Kaaba.

9- Le lendemain, nous avons décidé de nous reposer toute la journée; pourtant, Amir a suggéré à nous de ne pas perdre la journée; il a dit que nous devrions effectuer un certain rituel; lui et Hossam ont suggéré de nous aider à effectuer la marche entre les monts Safa et Marwa cette nuit-là. Un fauteuil roulant a été commandé pour nous à l'hôtel; nous nous y sommes assis tout en étant poussés par Amir et Hossam dans la marche entre les monts Safa et Marwa. Cette activité a drainé l'énergie d'Amir et de Hossam en raison du long chemin entre les monts Safa et Marwa et ses hauts et ses bas.

10- Nous devons saluer ici les constructions faites par la famille royale saoudienne à l'intérieur de la Mosquée Sacrée de Kaaba et autour d'elle; il existe également une route parallèle entre les monts Safa et Marwa; un pour ceux qui marchent à pied et un pour ceux en fauteuil roulant comme nous. Il est possible d'encercler la Kaaba dans de nombreux étages en plus du rez-de-chaussée. Il y a, à l'extérieur de la Mosquée Sacrée de la Kaaba, des espaces pavés couverts et sans toit pouvant accueillir des dizaines de milliers de personnes pendant les prières. Toutes les portes de la Mosquée Sacrée de la Kaaba sont numérotées avec des panneaux en persan, en anglais et en arabe qui sont facilement lisibles par tous les pèlerins; il y a des centaines de gardes et de domestiques qui guident, organisent et aident les pèlerins et des milliers de chaises qui peuvent être utilisées gratuitement par n'importe qui. Ces chaises nous ont été très utiles; nous ne pouvons pas nous asseoir par terre; nous ne pouvons pas nous prosterner pendant les prières. Il existe des barrières mobiles pour contrôler le nombre de personnes lorsque cela est nécessaire à certains endroits, des milliers de robinets d'eau Zamzam et des milliers de copies du Coran disponibles pour tout le monde. Nous avons passé de nombreuses fois, aussi longtemps que possible, dans des actes de prière prolongés (prières, supplications et lecture du Coran) à l'intérieur de la Mosquée Sacrée de la Kaaba.

11- Dès le lendemain, nous avons décidé de visiter le mont Arafat. Notre quatrième fils, Hossam, était accompagné d'un de ses amis égyptiens qui nous a aidés en tout; que le Seigneur Dieu le bénisse et le récompense. Cet ami nous a tous conduits dans sa voiture jusqu'au mont Arafat; le chemin était ouvert; une fois que nous l'avons atteint, nos fils et notre femme y sont montés. Il nous était impossible de les rejoindre; nous sommes restés à l'intérieur de la voiture, priant et suppliant le Seigneur Dieu tout en nous souvenant et en glorifiant Son Saint Nom selon Ses commandements coraniques. Contrairement à l'idée répandue, passer une nuit entière au mont Arafat n'est pas nécessaire. Il suffit d'y passer quelques heures. Quelques heures plus tard, nous avons quitté le mont Arafat; nous sommes arrêtés près du monument sacré pour nous souvenir du Saint Nom du Seigneur Dieu selon ses commandements coraniques (voir 2:198); nous sommes ensuite retournés à la Mosquée Sacrée de la Kaaba.

12- Notre femme et Amir sont restés avec nous à l'intérieur de la Mosquée Sacrée de la Kaaba pendant que Hossam accompagnait son ami égyptien pour acheter les animaux sacrificiels. Malheureusement, dans la Mosquée Sacrée de la Kaaba, nous n'avons pas pu encercler la Kaaba pour la dernière fois (c.-à-d., la circonambulation d'adieu avant de mettre fin à l'état d'Ihram). C'était juste avant les prières du coucher du soleil et le rez-de-chaussée autour de la Kaaba était rempli de milliers de pèlerins. Amir a apporté notre fauteuil roulant et s'est préparé à nous pousser pour encercler la Kaaba pour la dernière fois dans un cercle très large cette fois car nous étions très loin de la Kaaba; pourtant, les gardiens ont empêché l'utilisation des fauteuils roulants dans la foule; ils nous ont dit de revenir à 23h lorsque l'utilisation de fauteuils roulants serait autorisée. Amir a dû retourner le fauteuil roulant dans la suite de l'hôtel; il a laissé nous sur une chaise (le type qui peut être transformé en canne de marche) dans un endroit entouré de barrières mobiles, et notre femme a déménagé dans un autre endroit fait pour les pèlerines. Le nombre de pèlerins augmentait et les barrières mobiles ont été supprimées; de nombreux pèlerins ont été invités à entrer dans les espaces pavés couverts. Ainsi, notre femme a déménagé d'un endroit à l'autre; quand Amir est revenu, il n'a pas repéré notre emplacement; il a paniqué; il a dit à notre femme qu'il ne pouvait pas nous localiser et elle a paniqué; les deux ont commencé leur recherche effrénée de nous. Nous étions assis inconfortablement sur une chaise qui peut être transformée en canne; c'était une chaise faible; nous avons senti qu'il pourrait se casser et nous prendrions une chute; la batterie de notre téléphone cellulaire était complètement déchargée; nous ne pouvions pas téléphoner à Amir pour lui dire où nous étions et il ne pouvait pas nous téléphoner. La chaise faible commença à se courber; nous pensions que si nous prendrions une chute, nous ne pourrons pas nous tenir debout même si nous ne nous casserions pas la jambe! Nous nous sommes occupés à lire le Coran et à écrire quelques notes sur certains versets coraniques afin d'écrire plus tard des articles à leur sujet sur notre site Web. Heureusement pour nous, notre femme et notre fils nous ont trouvés avant de tomber de cette chaise très faible. Nous avons ressenti l'envie d'uriner et avons demandé à Amir de nous emmener à la salle de bain la plus proche; nous avons découvert qu'il était plus proche et préférable d'entrer dans la suite de l'hôtel pour utiliser l'une de ses deux salles de bain; heureusement, l'un d'eux était directement près de la porte de la suite. Nous implorons le Seigneur Dieu de nous soulager (ainsi que toutes les personnes âgées) de telles souffrances.

13- Hossam a amené les animaux sacrificiels et a effectué ce rituel (plus de détails à ce sujet seront mentionnés dans le prochain article). Nous avons décidé de mettre fin à l’état d’Ihram après avoir terminé tous les rituels du Hajj: circumambulation ou encercler la Kaaba, encercler les monts Safa et Marwa, visiter le mont Arafat, commémorer et glorifier le Seigneur Dieu, lire le Coran, supplications et prières. Dans les lois de Satan relatives à la charia sunnite, il existe un rituel diabolique que nous n'avons jamais accompli: c'est-à-dire le soi-disant jet de cailloux sur un pilier en pierre représentant Satan; cela n'a rien à voir avec l'islam. De manière significative, la route menant à un tel pilier porte le nom: (La route de Satan)! Le seul vrai rituel qui restait mais nous ne pouvions pas l'accomplir était la circumambulation d'adieu de la Kaaba. Fatigué, nous ne l'avons pas fait car nous avons décidé d'utiliser la facilitation qui est un objectif supérieur mentionné dans le Coran en relation avec tous les actes de culte; nous nous sommes rappelé que le Seigneur Miséricordieux ne pèse pas sur l'âme au-delà de ses capacités. Nous avons décidé de passer le reste de la semaine dans la chambre d'hôtel jusqu'à l'heure du départ afin de retourner dans notre patrie: c'est-à-dire la Virginie, aux Etats-Unis.

14- Ayant terminé tous les rituels du Hajj, nous avons passé plusieurs jours (c.-à-d., le reste de la semaine) dans la chambre d’hôtel; nous étions occupés à accomplir des actes de culte, alors que notre femme faisait de même, mais à la Mosquée Sacrée de la Kaaba; elle a déjà effectué la Omra trois fois et c'est son deuxième pèlerinage ou Hajj. Elle l'a combiné avec la Omra; elle nous a demandé si elle devait encercler les monts Safa et Marwa pendant la Omra depuis qu'elle a accompli le Hajj avec nous et a fait le même rituel; nous lui avons dit qu'elle devrait répéter le même rituel dans la Omra. A un moment, elle est entrée dans la chambre d'hôtel agitée parce que des sauterelles ont envahi les espaces autour de la Mosquée Sacrée de la Kaaba; elle craignait d'écraser accidentellement une sauterelle sous ses pieds. A un autre moment, elle a trouvé une sauterelle morte dans ses vêtements et l'a jetée dans la salle de bain de la chambre d'hôtel. Elle nous a demandé si cela s'apparentait à la chasse interdite pendant l’état d’Ihram; nous lui avons répondu négativement; les sauterelles ne sont pas chassés comme des animaux.

15- Dans le Saint Coran, le Seigneur Dieu a imposé le pèlerinage en tant que devoir religieux à ceux qui en ont les moyens en argent et en santé; il nous manque les deux; c'est-à-dire que nos fils ont payé notre voyage de pèlerinage et que leurs efforts ont aidé nous à accomplir les rituels du Hajj; que le Seigneur que Dieu bénisse et récompense nos fils dans ce monde et dans l'Au-delà.


The views and opinions of authors whose articles and comments are posted on this site do not necessarily reflect the views of IQC.