Search:
From the Archive
The origin of terrorism in Muslim history
Did Prophet Muhammad – During his Lifetime – Visit his Own Grave?
The Permissible and the Prohibited Food Items in Quranic Sharia Legislations
Fatwas Part One-Hundred-and-Seventy
About The Previous Article Titled (A Message Addressed to the Egyptian President...)
A propos de l'article précédent intitulé (Un appel adressé au président égyptien...)
In Response to Comments on our Previous Article about Hypocrites Never Attempting to Assassinate Muhammad
Fatwas Part Seventy-Eight
Questions about Afghans and Chechnya
Is It A Conspiracy To Eradicate the Quranists in Egypt?
Fatwas Part One-Hundred-and-Fifteen
The Big Criminals, Who Are Tyrants and Clergymen, Are the Enemies of the Lord God – 1 of 2
The Pharaonic Deep-State of Torture
Fatwas Part One-Hundred-and-Forty-Seven
About Mosques Dedicated Only to the Lord God and How These Mosques of Islam Should Be
We Thank the Noble Ones who Offer Donations to the Peaceful Quranist Jihad for the Sake of the Lord God
Libraries Burning: From Sarajevo to Mosul
The true story of the called ( Al Majed Al Aqsa ) in Jerusalem.
A Harm-Causing Mosque in New York:
Multiculturalism Run Amok
A propos de notre voyage de pèlerinage à La Mecque - I

A propos de notre voyage de pèlerinage à La Mecque - I

 

 

Publié le 30 novembre 2019

Traduit par: Ahmed Fathy

 

 

 

 

Premièrement: la semaine dernière, nous avons effectué un pèlerinage dans les derniers jours des quatre mois sacrés du Hajj:

1- Il y a des années, nous avons reçu un appel téléphonique d'un homme coraniste d'Arabie saoudite. Parmi ses questions posées à nous était pourquoi nous n'avons pas encore effectué un pèlerinage à la Kaaba? Nous avons pleuré amèrement une fois que nous avons reçu cette question; le ton était plein de reproches comme si nous faisions une terrible erreur de ne pas essayer d'entrer en Arabie saoudite pour effectuer le voyage de pèlerinage à La Mecque; la plupart du temps, nous avons supposé que les autorités saoudiennes pourraient vouloir se venger de nous pour avoir sévèrement critiqué l'Arabie saoudite, la famille royale saoudienne et le wahhabisme. Nous avons dit au l'homme saoudien coraniste, d'une manière agitée, que notre situation à l'époque ne nous permettait pas d'effectuer le voyage de pèlerinage. Dorénavant, nous avons juré de ne plus jamais perdre notre sang-froid lorsque nous parlions à quelqu'un que nous ne connaissons pas. En fait, le pèlerinage semblait un souhait impossible. Notre position politique et religieuse contre le wahhabisme et le royaume d'Arabie saoudite nous a fait sentir que voyager là-bas était trop risqué; nous pourrions perdre notre vie. En outre, ces dernières années, nous ne pouvions pas aller à La Mecque en raison de notre impécuniosité. Nous avons maintenant plus de 70 ans; les douleurs dans nos articulations du corps restreignent notre mouvement; cela s'ajoute à la liste des raisons empêchant nous d'effectuer le pèlerinage à La Mecque.

2- Notre femme a fait un pèlerinage, le Hajj et la Omra, à un moment donné parmi un groupe de pèlerins américains; elle a effectué la Omra une fois par elle-même. Elle souhaitait ardemment qu’elle et son mari (c.-à-d., nous-mêmes) fassent le pèlerinage ensemble. Lorsqu'elle a atteint l'âge de 60 ans en 2019, et après une vie de lutte pour aider nous et nos fils, ses cadeaux d'anniversaire étaient spéciaux, nos fils ayant décidé de la récompenser. Notre troisième fils, Amir, a réalisé son souhait et l'a accompagnée lors d'un voyage en France et en Italie. Notre quatrième fils, Hossam, lui a offert un voyage à La Mecque pour exécuter la Omra pour la troisième fois; pourtant, elle a souhaité effectuer le pèlerinage avec nous à tout moment convenable dans les quatre mois sacrés du pèlerinage. A ce moment-là, nous étions dans la première semaine du mois lunaire Rabei Awwal; c'est-à-dire, le Hajj est possible dans le reste de ce quatrième et dernier mois sacré du Hajj. La question était posée: risquerions-nous de voyager en Arabie saoudite malgré notre position connue contre ce royaume et son wahhabisme maudit? Les Saoudiens ne tolèrent jamais les critiques du wahhabisme. Les Saoudiens autoriseraient-ils notre personne s'entrer dans La Mecque, puis de rentrer indemnes dans notre patrie, les Etats-Unis?

3- Un débat houleux s'ensuivit. Notre fils aîné, Mohamed, s'opposait fermement à l'idée de notre entrée en Arabie saoudite, car il craignait pour notre vie; il nous a rappelé à l'assassinat de Khashoggi par l'Arabie saoudite et à un jeune avocat égyptien qui, alors qu'il était venu pour le pèlerinage, avait été arrêté par les Saoudiens à l'aéroport de Djedda sous la fausse accusation d'être un trafiquant de drogue qui cherchait à faire passer des drogues illégales. Notre premier fils, Mohamed, a dit à nous que les Saoudiens pourraient se venger de nous en nous emprisonnant ainsi que sa mère (c.-à-d., notre femme). Notre troisième fils, Amir, a insisté pour nous accompagner en Arabie saoudite, de même que notre quatrième fils, Hossam, qui a entièrement couvert les frais de voyage de pèlerinage. Nos fils et notre femme craignaient beaucoup pour notre vie. En fait, notre femme a dit à nous que s'il y avait un degré de risque ou si notre vie serait en danger là-bas, elle était prête à sacrifier son désir d'effectuer le Hajj avec son mari bien-aimé.

4-Nous avons apaisé leurs craintes en affirmant que le cas du journaliste saoudien assassiné Khashoggi - que le Seigneur Dieu accorde la paix à son âme - ne s'applique pas à nous; il était un homme saoudien. Dans la culture saoudienne, tout citoyen saoudien appartient à la famille royale saoudienne à laquelle appartient l'Etat saoudien. Bien entendu, Khashoggi appartenait à l'état profond du régime saoudien; c'est-à-dire qu'il était censé obéir aveuglément au roi; s'il rejoignait l'un des mouvements d'opposition, il méritait d'être puni selon la mentalité saoudienne; Khashoggi a défié le roi et les membres de la famille royale en déclarant son opposition avec défi en dehors de l’Arabie saoudite. Que les tyrans saoudiens le punissent en planifiant son assassinat est une stratégie appliquée par tous les tyrans arabes intronisés qui vont dans les extrêmes dans la tyrannie; par exemple Saddam Hussein, Kaddafi et Al-Sisi. Chacun des tyrans arabes intronisés suppose qu'il est propriétaire de la nation et de la patrie; ces tyrans supposent que ceux qui s'y opposent et les désobéissent méritent d'être punis ou de mourir avec les membres innocents de leur famille qui sont également punis. Nous avons dit à notre femme et à nos fils que notre cas d'opposition au royaume saoudien était très différent de celui de Khashoggi; nous nous opposons également aux membres du clergé wahhabite et à tous les types de membres du clergé et de tyrans en Egypte, en Arabie saoudite, en Iran, dans tous les pays arabes et dans tous les pays du Moyen-Orient. En outre, notre propre opposition à l'Arabie saoudite et au wahhabisme, fondée sur le coranisme, est une opposition pacifique et déclarée qui ne vise jamais à obtenir de l'argent, des biens, de la gloire ou à atteindre le pouvoir. Nous cherchons seulement à introduire des réformes politiques et religieuses. De plus, nous saluons et encourageons dans nos écrits toute mesure prise (en Egypte, en Arabie saoudite ou ailleurs) pour réaliser des réformes. Cela se fait avec autant d'enthousiasme que notre opposition véhémente à tous les types d'injustice commise n'importe où. Nous avons rappelé à notre femme et à nos fils que nous sommes un penseur musulman indépendant, qui ne prend jamais parti contre ou pour qui que ce soit et qui ne cherche jamais de récompense, de rémunération ou d'éloge de qui que ce soit. Nous leur avons rappelé que nous avions écrit dans le passé pour exiger l'élimination de l'Arabie saoudite en tant qu'axe du mal qui constitue le terrorisme wahhabite. Cependant, nous avons changé de point de vue car nous avons compris que si l’Arabie saoudite était retirée un jour de la carte du Moyen-Orient, l’Iran contrôlerait et envahirait les monarchies du Golfe en Arabie et le bain de sang s’y répandrait; par conséquent, nous avons déclaré notre nouvelle position de soutien à la réforme progressive du royaume saoudien; c’est-à-dire l’installation progressive de la culture de la démocratie et de la transition démocratique. Cela prendra des décennies avant que les Arabes s'imprègnent de la culture démocratique en introduisant une réforme radicale des secteurs législatif, religieux et éducatif en Arabie. Nous avons dit à notre femme et à nos fils que la crise de l'Arabie saoudite concernant Khashoggi avait incité les autorités saoudiennes à apprendre à ne jamais assassiner un membre de l'opposition saoudienne, aussi dangereux soit-il. Par conséquent, puisque nous sommes un citoyen américain pacifique venant à La Mecque pour effectuer un pèlerinage, les autorités saoudiennes ont le droit de protéger tous les pèlerins de toutes les nationalités. Ceci est impliqué quand ils donnent le visa d'entrée aux pèlerins. Si l’Arabie saoudite accorde à nous le visa d’entrée, cela signifie que les autorités saoudiennes devront nous protéger en tant que pèlerin américain. Si le mal devait nous arriver, le scandale serait plus grave encore que celui de l’assassinat de Khashoggi, en particulier du fait que le prince héritier saoudien, M. Ibn Salman, renforce ses liens avec les Etats-Unis. Nous avons dit à notre femme et à nos fils que les hommes des autorités saoudiennes n'étaient pas stupides d'essayer d'assassiner notre personne; nous ne posons jamais de véritable menace pour le royaume saoudien. Si le mal devait nous arriver à La Mecque, les relations américano-saoudiennes seront sévèrement lésées, en particulier car notre deuxième fils, Sherif, travaille au Comité pour la protection des journalistes (CPS), l'organisation qui demande à Washington de punir Riyad pour l'assassinat de Khashoggi. Notre deuxième fils, Sherif, ressemble à son père; c'est-à-dire très strict dans ses positions et, en tant que militant, il n'est jamais acheté ou vendu.

5- Après une longue discussion, nous avons trouvé une solution. Dès que nous aurons obtenu le visa d’entrée (facilement accessible aux musulmans américains contre certains frais), notre deuxième fils, Sherif, et son épouse, le professeur et activiste Dr. Negar Razavi (la mère de notre première petite-fille, Thuraya Mansour) contacteront ses amis du département d'Etat (et contacteront aussi le consulat des Etats-Unis à Djedda) pour prendre les mesures nécessaires pour protéger notre personne en Arabie saoudite. Jours plus tard, nous étions heureux de recevoir un appel téléphonique d’un vieil ami qui travaille au département d’Etat des Etats-Unis; il nous a interrogé sur notre très proche voyage de pèlerinage; il nous a donné des conseils très utiles avant d'entrer dans le royaume saoudien; il nous a dit qu'il avait contacté ses amis qui travaillaient à l'ambassade américaine de Riyad pour leur parler de notre voyage à La Mecque; il nous a donné leurs numéros de téléphone pour les appeler en cas d'urgence. Autant que nous sachions, cela signifiait que les hommes des autorités saoudiennes étaient au courant (de l'ambassade américaine à Riyad) de notre intention d'effectuer le pèlerinage; ils feront de leur mieux pour protéger notre personne à La Mecque; il n'y a pas besoin de s'inquiéter de rien; nous avons pris l'avion pour Jeddah le 21 novembre 2019 et il était prévu de rentrer chez nous à Virginie, aux Etats-Unis, le 28 novembre.

6- Il restait assez de jours dans le mois sacré lunaire, Rabei Awwal, et, comme nous l’avons mentionné dans nos épisodes sous-titrés en anglais sur YouTube sur le pèlerinage, et dans nos livres et articles à propos du pèlerinage, le Hajj est possible à n'importe quel jour des quatre mois sacrés successifs du calendrier lunaire: Zu Al-Hijja, Muharram, Saffar et Rabei Awwal. Ceci est déduit de ce que le Seigneur Dieu dit dans le Coran: "Le Hajj est pendant des mois spécifiques. Quiconque décide d'effectuer le Hajj - il n'y aura pas de relations sexuelles, ni d'inconduite, ni de querelles pendant le Hajj..." (2:197); "Une fois les mois sacrés passés, tuez les polythéistes..." (9:5). La saison d'ouverture du pèlerinage (c'est-à-dire les premiers jours de Zu Al-Hijja) est mentionnée ici: "Et une proclamation de Dieu et de son messager au peuple le jour du grand pèlerinage, selon laquelle Dieu a désavoué les polythéistes..." (9:3). L'aisance dans le Hajj par le Seigneur Dieu est mentionné ici pour faire deux jours après et avant les quatre mois sacrés dans le cadre de la saison du Hajj: "Et souvenez-vous de Dieu pendant les jours désignés. Mais quiconque se hâte dans deux jours ne commet aucun tort, et quiconque reste ne commet aucun tort - pourvu qu'il maintienne la piété. Et obéissez à Dieu, et sachez que vous serez rassemblés devant Lui." (2:203). Dans plusieurs articles, nous appelons à l'appliquer à notre époque moderne afin de réduire la surpopulation à La Mecque pendant la saison du pèlerinage. Bien sûr, le fait que le pèlerinage ou Hajj puisse être accompli à tout moment au cours du mois sacré était connu dans la religion monothéiste d'Abraham; ce fait est affirmé dans le Coran, qui a été révélé lorsque les pèlerins n'étaient que des dizaines de milliers; cela prouve que les lois coraniques de la charia de l'islam sont basées sur l'aisance. Bien sûr, appliquer 2:203 est indispensable maintenant; il est gravement injuste de rassembler des millions de gens à La Mecque en une semaine; beaucoup de victimes meurent pendant les ruées, en particulier lors de la pratique diabolique de jeter des cailloux sur un pilier de pierre représentant Satan. Par conséquent, le fait que nous ayons effectué un pèlerinage dans les derniers jours de Rabei Awwal, le quatrième et dernier mois sacré du Hajj, est une application et une pratique de ce que nous prêchons, de ce que nous croyons et appelons; nous espérons que l'Arabie saoudite appliquera cette loi de la charia coranique lors du pèlerinage/Hajj à l'avenir.

7- Bien sûr, le pèlerinage ou le Hajj ne comprend jamais la visite de Yathreb et de son abomination diabolique connue sous le nom de mausolée de la mosquée dédié à Muhammad. Nous croyons au fait que le Seigneur Dieu n'acceptera jamais le pèlerinage à la Kaaba, à La Mecque, de ceux qui visitent et vénèrent une telle abomination païenne à Yathreb. Visiter un tel que cette abomination est une invention diabolique de religion qui n’a bien sûr rien à voir avec l’islam. Muhammad n'a jamais visité sa propre tombe pendant sa vie dans le cadre des rituels du Hajj. De même, les califes pré-omeyyades et les califes omeyyades ne l'ont jamais fait dans le cadre de rituels de pèlerinage; une telle tombe n'a jamais existé à Yathreb; Muhammad n'a jamais été enterré dans une tombe ou un cimetière. L'histoire nous dit qu'il a été enterré dans la chambre de sa femme, Aisha, où il est décédé et où elle a vécu. Lorsque la mosquée de Yathreb a été élargie et reconstruite plusieurs fois après la mort des épouses de Muhammad, personne ne savait exactement où se trouvait la chambre d'Aisha; les polythéistes qui divinisent Muhammad ont choisi un endroit au hasard pour construire un mausolée qui lui était dédié. Cela a transformé la mosquée de Yathreb en un sanctuaire (égal voire supérieur à la Mosquée Sacrée de la Kaaba à La Mecque!), et c'était pour le pèlerinage polythéiste effectué par ceux qui divinisent Muhammad. Ce mensonge est affirmé et inventé par Malik dans son livre de hadiths intitulé (Al-Mowata') qu’il a écrit à l’époque des Abbassides. Bien sûr, vénérer et adorer une telle abomination est un signe de polythéisme. L'existence de cette abomination païenne connue sous le nom de mausolée de la mosquée de Yathreb indique clairement que les Arabes sanctifient et vénèrent une divinité fictive et imaginaire appelée 'Muhammad', qui n'a rien à voir avec le prophète mortel Muhammad, dont la véritable histoire est mentionné exclusivement dans le Saint Coran. Déifier Muhammad est le pire type de polythéisme; ceux qui meurent polythéistes entreront en Enfer puisque leurs bonnes actions seront annulées et rendues nulles; le Seigneur Dieu pardonne tous les péchés sauf le polythéisme. Ceci est déduit des versets coraniques suivants: "Dieu ne pardonne pas au polythéisme de lui attribuer des partenaires, mais il ne pardonne rien de moins que celui à qui il veut. Quiconque attribue des divinités à Dieu a commis un péché monstrueux." (4:48); "Dieu ne pardonnera pas que des partenaires soient associés à lui; mais pardonnera à qui que ce soit, à qui il voudra. Quiconque attribue des partenaires à Dieu s'est égaré dans l'erreur de loin." (4:116); "Ils ne croient pas ceux qui disent:" Dieu est le Messie, fils de Marie. "Mais le Messie lui-même a déclaré: " O Israélites, adorez Dieu, mon Seigneur et votre Seigneur. Celui qui associe les autres à Dieu, Dieu lui a interdit le Paradis, et sa demeure est l'Enfer. Les injustes n'auront pas de partisans."" (5:72). Ainsi, nous ne parlons / écrivons jamais dans le vide; nous déduisons de nos idées que nous critiquons le statu quo dans la vie quotidienne des gens 'musulmans'. Malheureusement, le but principal des pèlerins est de visiter, de vénérer et d'adorer l'abomination connue sous le nom de mausolée de la mosquée de Yathreb, censée abriter la fausse divinité enterrée prétendument immortelle des polythéistes qui les salue, juge leurs actes et agit comme intercesseur. Cela signifie que la plupart des gens 'musulmans' supposent que le pèlerinage à la Kaaba à La Mecque est une simple étape préalable à leur véritable pèlerinage à Yathreb. Cela signifie qu’ils associent une bonne action (c.-à-d., le pèlerinage à La Mecque) avec un acte pécheresse de polythéisme (c.-à-d., un pèlerinage au mausolée de Yathreb). Le résultat est que leur polythéisme les mènera en Enfer pour l'éternité s'ils meurent sans repentance. C'est pourquoi, dans nos écrits, nous avertissons et prêchons ces polythéistes. Le Seigneur Dieu a dit ce qui suit à Muhammad et aux prophètes / messagers avant lui: "Il vous a été révélé, ainsi qu'à ceux qui l'ont précédé, que si vous adhérez au polythéisme, vos travaux seront vains et que vous serez des perdants." (39:65); il s’agit d’annuler les bonnes actions des polythéistes: "Nous allons procéder aux travaux qu’ils ont faits et les transformer en poussière éparse." (25:23); "Quant à ceux qui ne croient pas, leurs œuvres sont comme un mirage dans un désert. L'assoiffé suppose que c'est de l'eau. Jusqu'à ce qu'il l'ait atteinte, il n'y trouve plus rien, mais c'est là qu'il trouve Dieu, celui qui règle ses en jugement complet, ou comme les ténèbres dans un vaste océan recouvert de vagues au-dessus desquelles se trouvent des vagues, au-dessus de qui est le brouillard. Les ténèbres sur les ténèbres. S'il sort sa main, il la verra à peine. Celui à qui Dieu n'a pas accordé de lumière n'a pas de lumière." (24:39-40). Après leur entrée en Enfer, les polythéistes regretteront leurs bonnes actions annulées et se désoleront du fait qu’il est trop tard pour eux; ils ne sortiront jamais de l'Enfer: "Ceux qui ont suivi diront: "Si seulement nous pouvions avoir une autre chance, nous les renierions, comme ils nous ont renié." Ainsi, Dieu leur montrera leurs actions, comme des regrets pour eux, et ils ne sortiront pas de l'Enfer." (2:167). Malheureusement, les pèlerins polythéistes paient de grosses sommes d’argent pour adorer l’abomination de la mosquée de Yathreb, un acte qui leur rapportera l’Enfer pour l’éternité.


The views and opinions of authors whose articles and comments are posted on this site do not necessarily reflect the views of IQC.