Search:
From the Archive
"Ihdena al siraat al moustaqeem"
The Metaphysical Realm of Barsakh and the Day of Gathering Which Is the Day of Resurrection
Lessons Drawn from the New Zealand Massacre:
THE ‘MASSES VALUE’ PRINCIPLE
Ill-Gotten Food of the Muhammadans
An inventory of extremist Islamic texts in federal prisons.
Between Fulfillment of Vows and Charity Donations
Lessons Drawn from the Assassination of the Russian Ambassador in Turkey
Fatwas Part One-Hundred-and-Twenty-Nine
The Salafist epidemic in Algeria
Rules of engagement in war of ideas against Jihadists
Fatwas: Part Forty
Preaching and Warning the Gullible, Naïve Masses by Refuting their False Notion of Representatives of God on Earth
Western Sahara Roundtable on Jadaliyya
Post-Mubarak revolutionary chances
The latest suicide operations in Israel and their implications
Seeking Knowledge, Even by Traveling to Mozambique!
There Will Be An Eternal Earth in Paradise but Not in Hell
Answering Al-Qa’da Rascals’ Incitement to Murder Me
Fatwas: Part Five issued by: Dr. Ahmed Subhy Mansour, translated by: Ahmed Fathy
Nous prédisons la fin des trois assassins Abdel-Fattah Al-Sisi, Khalifa Haftar et Bashar Al-Assad
Inspiré par les paroles du gouverneur omeyyade Al-Hajaj à propos de ceux qui vont être décapités:

Inspiré par les paroles du gouverneur omeyyade Al-Hajaj à propos de ceux qui vont être décapités:

Nous prédisons la fin des trois assassins Abdel-Fattah Al-Sisi, Khalifa Haftar et Bashar Al-Assad

 

 

Publié le 18 juin, 2020

Traduit par: Ahmed Fathy

 

 

 

 

Introduction:

 Le puissant gouverneur omeyyade d'Irak, Al-Hajaj Ibn Youssef, a menacé à un moment donné de décapiter ceux qui protestaient contre son règne en disant sa célèbre phrase selon laquelle il voyait des têtes d'hommes suffisamment mûres pour être cueillies / récoltées. Selon l'histoire, Al-Hajaj Ibn Youssef était un assassin qui a assassiné des milliers d'hommes et de femmes; en fait, sa menace a été exécutée; il a décapité des milliers d'hommes après avoir prononcé sa célèbre phrase dans un discours / sermon qu'il a prononcé. Nous utilisons la célèbre phrase d'Al-Hajaj Ibn Youssef pour exprimer notre vision / point de vue ici sur le sort des trois dirigeants les plus méprisables de la région du Moyen-Orient: Al-Sisi, Haftar et Al-Assad; en fait, nous prévoyons qu'ils rencontreront bientôt leur mort.

 

Premièrement: Abdel-Fattah Al-Sisi:

1- Le général Al-Sisi n'a aucune expérience des guerres; il n'a jamais participé à des guerres militaires contre des troupes armées; ses seules guerres acharnées dans lesquelles il a remporté la victoire sont contre les citoyens égyptiens non armés; jusqu'à présent, Al-Sisi est vaincu par des terroristes dans le gouvernorat du Nord-Sinaï; pourtant, il a remporté la victoire sur certains citoyens non armés qui vivent dans le gouvernorat du Nord-Sinaï; une nouvelle dans les médias nous dit qu'ils ont été arrêtés, torturés et tués; les médias égyptiens montrent leurs corps comme des terroristes vaincus et liquidés indiquant la victoire d'Al-Sisi sur eux. Nous ne croyons jamais à cette fausse nouvelle de 'victoire' sur les terroristes au Nord-Sinaï. Nous pensons que la victoire quotidienne d'Al-Sisi sur des citoyens égyptiens pacifiques non armés se produit lorsque ses hommes les arrêtent et les torturent dans les prisons. 

2- Le général Al-Sisi a quelque chose en commun avec Al-Hajaj Ibn Youssef: les deux ont assassiné de nombreuses personnes en les laissant mourir de faim dans des cellules de prison. Quant à Al-Hajaj Ibn Youssef, il a laissé ses prisonniers mourir de soif et de faim et leurs cadavres pourris à l'intérieur des cellules de la prison; il n'a jamais pensé à leurs soins de santé; le même crime est maintenant commis par Al-Sisi. Pourtant, Al-Hajaj Ibn Youssef n'a jamais commis les crimes de déplacement forcé et de disparition forcée; Al-Hajaj était franc et explicite et il n'a jamais menti; c'est-à-dire qu'il a menacé ses ennemis et ceux qui ont protesté contre lui et rejoint les groupes d'opposition / résistance contre les Omeyyades qu'il les décapiterait selon sa célèbre phrase selon laquelle il voit des têtes d'hommes suffisamment mûres pour être cueillies / récoltées; il a simplement exécuté sa menace et ordonné la décapitation de milliers d'hommes. En revanche, Al-Sisi raconte tout le temps des mensonges et refuse catégoriquement toutes les accusations portées contre lui par des médias en dehors de l'Egypte. Al-Sisi répète ses mensonges et les croit comme s'ils étaient des «faits»; il verse parfois des larmes lors de ses discours prononcés et transmis par les chaînes de télévision égyptiennes! Une autre différence entre Al-Hajaj Ibn Youssef et Al-Sisi est qu'Al-Hajaj Ibn Youssef était fidèle aux Omeyyades qui lui ont permis de gouverner l'Irak en tant que gouverneur; en revanche, lorsque les citoyens égyptiens ont permis à Al-Sisi de gouverner l'Egypte en l'élisant de leur haine / animosité profondément ancrée envers le terroriste MB (ou les Frères musulmans)et de la terrible expérience d'un an de la règle MB (juin 2012 - juin 2013), Al-Sisi ne s'est jamais senti reconnaissant envers les citoyens égyptiens; il a traîtreusement fait souffrir la plupart d'entre eux de la faim, de l'appauvrissement, de l'oppression, de la torture et des massacres.

3- Le général Al-Sisi a été sévèrement critiqué dans plusieurs de nos articles comme ceux que l'on trouve en anglais sur ces liens:

http://www.ahl-alquran.com/English/show_article.php?main_id=19924

http://www.ahl-alquran.com/English/show_article.php?main_id=19977

http://www.ahl-alquran.com/English/show_article.php?main_id=15986

http://www.ahl-alquran.com/English/show_article.php?main_id=17618

http://www.ahl-alquran.com/English/show_article.php?main_id=19057

http://www.ahl-alquran.com/English/show_article.php?main_id=19368

Et il est sévèrement critiqué également dans notre livre, aussi en anglais, intitulé (Un témoin des premiers mois du mandat présidentiel du président égyptien Al-Sisi), trouvé sur ce lien:

http://www.ahl-alquran.com/arabic/book_main.php?main_id=77

4- Le général Al-Sisi est, à notre avis, l'un des types les plus vils de tyrans intronisés, car il monopolise tout et échoue dans tout ce qui compte; il punit ceux qui osent lui donner quelques conseils; de plus, il fait payer aux citoyens égyptiens le prix fort des erreurs qu'il a commises. Si Al-Sisi avait été un citoyen ordinaire responsable d'une famille, cette famille l'aurait admis à l'hôpital de fous pour se protéger et l'empêcher de se blesser; malheureusement, il est responsable de l'Egypte, notre ancienne patrie qui est toujours contrôlée par les grands criminels et les voleurs. 

5- Le général Al-Sisi n'a réussi qu'à opprimer les citoyens égyptiens, à voler et à faire passer la richesse de la nation égyptienne et plusieurs antiquités pharaoniques, et à fournir des harengs rouges (ou fausses nouvelles) constants pour détourner l'opinion publique de tout ce qui est important. Ces harengs rouges comprennent des projets faux et défaillants tels que le capital administratif et l'élargissement du canal de Suez. Il a également réussi à augmenter les dettes de l'Egypte et il a apporté plus de dettes pour régler les taux d'intérêt composés des dettes précédentes! Nous croyons que son seul vrai succès est personnel: il a introduit en contrebande suffisamment d'argent pour lui-même et il a réussi à se protéger; il sait qu'aucun citoyen égyptien ne le soutiendrait et qu'il ne peut pas faire confiance aux hypocrites et flatteurs obséquieux qui l'entourent; par conséquent, il se protège en s'alliant à l'étranger; par exemple, deux îles égyptiennes de la Mer Rouge ont été vendues à Ibn Salman d'Arabie saoudite; Al-Sisi a acheté des armes inutiles à l'UE et à la Russie pour obtenir une commission et se lier d'amitié avec ces pays et enrichir ses relations avec les non-Egyptiens. Personne en Egypte ne peut remettre en cause Al-Sisi pour avoir gaspillé l'argent public de cette manière.    

6- Nous pensons que l'ère du général Al-Sisi approche de sa fin; il a échoué en Libye depuis que son allié, Haftar, a été vaincu; il n'a pas réussi à stimuler l'économie égyptienne; il n'a pas fait face au barrage éthiopien en cours de construction et représente une véritable menace pour les eaux du fleuve Nil qui ne peuvent plus atteindre l'Egypte, rendant les Egyptiens susceptibles de souffrir de famines et de soif dans un proche avenir. Cela ressort clairement des informations publiées dans les médias.

6/1: Nouvelles sur la pandémie de coronavirus en Egypte:

6/1/1: Amnesty International déplore le fait que le personnel médical égyptien risque la mort (lorsqu'il est infecté par le coronavirus) ou qu'il soit arrêté et emprisonné lorsqu'il dépose une plainte!

6/1/2: Les rumeurs sur le gouvernement égyptien indiquent qu'il existe maintenant des décisions de ne jamais hospitaliser les victimes du coronavirus qui risquent de mourir et de ne jamais guérir.

6/1/3: Il y a une étrange insistance de la part du gouvernement égyptien à ne jamais reporter les examens de lycée (prévus dans la dernière semaine de juin 2020) de 650 milliers d'étudiants qui encombreront les salles d'examen non désinfectées malgré l'avertissement du ministère égyptien de la Santé selon lequel près de 1 000 étudiants pourraient être infectés chaque jour pendant les examens.

6/2: Cette honte sans précédent est causée par Al-Sissi: Nous pensons qu'il a (non) intentionnellement cédé le droit historique de l'Egypte dans les eaux du fleuve Nil lorsqu'il a signé un accord avec le Soudan et l'Ethiopie en mars 2015. L'Ethiopie a annoncé à plusieurs reprises qu'elle ne se soucierait jamais d'atteindre un quelconque accord avec l'Egypte sur la construction du barrage en Ethiopie. Al-Sissi a dû recourir à un médiateur entre Le Caire et Addis-Abeba: le terroriste soudanais Hemedti (https://fr.wikipedia.org/wiki/Mohamed_Hamdan_Dogolo).

6/3: Au lieu de prendre des mesures appropriées pour faire face à l'inflation et à la flambée des prix, Al-Sisi a fait produire à la Monnaie L.E. 14,4 milliards au cours des deux premiers mois de la pandémie de coronavirus! Cela entraînera certainement plus d'inflation!

6/4: Afin de faire taire les gens de l'opposition, le Conseil supérieur égyptien des médias (c.-à-d.,un organe qui fonctionne comme une sorte de ministère de l'information) a décidé que les médias sociaux et les présentateurs des médias ne devraient jamais diffuser de «fausses» nouvelles et «rumeurs» (c.-à-d., provenant de déclarations non officielles et extérieures) concernant le barrage éthiopien, le coronavirus en Egypte, la lutte militaire en Libye et la lutte militaire contre les terroristes dans le gouvernorat du Nord-Sinaï. Ceux qui violeront une telle décision du Conseil supérieur égyptien des médias seront poursuivis et sévèrement punis, selon la presse égyptienne, par le procureur général égyptien.

6/5: Selon une nouvelle que nous avons lue il y a quelques jours en arabe, certains membres du Parlement égyptien ont récemment flatté Al-Sisi au cours de sa 6e année de règne (c.-à-d.,2020) en exhortant les citoyens égyptiens à l'élire président pour la reste de sa vie!

7- Jusqu'à quand la vie d'Al-Sissi allait-elle continuer? Ceci n'est connu que pour Seigneur Omniscient Dieu; pourtant, nous pouvons dire sans risque qu'il est politiquement et cliniquement mort et attendre d'être enterré!

8- Al-Sisi rencontrera sa fin et mourra très bientôt; que le Seigneur Dieu le maudisse!

 

Deuxièmement: Khalifa Haftar:

1- Haftar est né dans la ville libyenne d'Ajdabiya en 1943 et a participé au coup d'état de 1969. Kadhafi l'a envoyé une fois comme chef militaire des troupes pour combattre le Tchad; Haftar a été vaincu dans une bataille et les troupes tchadiennes ont massacré la plupart des troupes libyennes et ont pris Haftar comme prisonnier de guerre; il a été humilié et torturé; des rumeurs circulent selon lesquelles Haftar aurait été violée au Tchad; nous n'y croyons pas et nous condamnons ces rumeurs; pourtant, certaines personnes n'excluent jamais cette possibilité dans notre ère sombre et moderne et dans sa culture; les rumeurs laissent entendre qu'en prison, Saddam Hussein a été violé; avant son assassinat d'une manière brutale, Kadhafi a été violé.

2- Kadhafi n'a pas tenu compte du sort et des souffrances d'Haftar; il a été sauvé par les Etats-Unis avec d'autres prisonniers de guerre libyens. La moitié de ces prisonniers de guerre sont rentrés en Libye; pourtant, Haftar a demandé l'asile politique aux Etats-Unis; en 1993, alors qu'il se trouvait aux Etats-Unis, il a été reconnu coupable par contumace de crimes contre la Libye et condamné à mort. Plus tard, il a rejoint le Front national pour le sauvetage de la Libye, soutenu par les Etats-Unis. Haftar a occupé un poste supérieur dans les forces qui ont renversé Kadhafi pendant la guerre civile libyenne de 2011. Haftar a été nommé par le Parlement libyen chef militaire officiel de la soi-disant armée nationale libyenne; il s'est rebellé plus tard contre le gouvernement d'accord national; une guerre civile s'est ensuivie entre Haftar et ce gouvernement libyen - cette guerre civile continue alors que nous écrivons cet article.

3- Récemment, de nombreux massacres commis par Haftar ont été dévoilés alors que des fosses communes (d'hommes, de femmes et d'enfants) ont été découvertes dans des villes / régions contrôlées par le gouvernement d'accord national. Les commandements militaires émis par Haftar ont causé la mort de dizaines de civils et d'enfants et la destruction de nombreux hôpitaux civils; plus de 30 médecins ont été tués; plus de 200 000 personnes se sont retrouvées sans abri dans la capitale libyenne Tripoli. La CPI pourrait un jour juger Haftar pour ses crimes contre l'humanité et ses crimes de guerre.

4- Puisque son visage, ou sa nuque, montre clairement sa défaite, Haftar est devenu un fardeau pour les puissances régionales et internationales qui le soutiennent (Egypte, Emirats Arabes Unis et Russie); cela signifie que le compte à rebours de sa mort a commencé. Même les Etats-Unis qui ont donné à Haftar la nationalité américaine et l'ont utilisé dans le passé l'ont désormais renié et laissé tomber. Nous avons lu une nouvelle selon laquelle un tribunal américain pourrait convoquer Haftar et ses alliés pour se défendre contre des accusations portées contre eux et Haftar.

5- L'assassin Haftar connaîtra sa fin et mourra très bientôt; que le Seigneur Dieu le maudisse!

6- Nous craignons beaucoup pour le sort imminent (c.-à-d., la destruction et la division) de la Libye qui pourrait être retiré de la carte du monde.

6/1: En tant que monarchie, la Libye était forte sous le règne du roi Idris; avec l'aide et le soutien de Gamal Abdel-Nasser d'Egypte, Kadhafi a réussi, dans le cadre d'un coup d'état, à renverser la monarchie et à gouverner en tant que président tyrannique. Kadhafi a réussi à faire passer en contrebande les richesses libyennes et son éviction et son assassinat ont causé la perte de ces richesses qu'il a passées en contrebande (c.-à-d., des centaines de milliards de dollars américains). Pourtant, le pétrole de la Libye reste la principale source de sa richesse. Comme on s'y attendait généralement, après l'éviction ou la mort de tyrans intronisés, ils laissent derrière eux une foule des hommes vils et de dirigeants méchants qui rivaliser pour le pouvoir; par conséquent, une patrie peut se diviser au fur et à mesure que ces dirigeants recourent à s'allier aux pouvoirs régionaux et internationaux. Cela se produit maintenant en Libye de la manière qui s'est produite en Somalie après la chute du président somalien Siad Barre, décédé en exil après l'échec de ses tentatives de se rétablir au pouvoir.

6/2: Bien sûr, le pétrole libyen ne se limite pas aux territoires libyens; il comprend des gisements de pétrole de la Mer Méditerranée dont le pétrole est convoité par plusieurs pays qui se disputent (à des degrés divers) à ce sujet: l'Egypte, Israël, la bande de Gaza, la Turquie, le Liban, la Syrie, la Grèce, Chypre, la Libye et l'Italie. Par conséquent, la Libye est devenue le théâtre de guerres par procuration; par exemple, le président turc Erdoğan souhaite restaurer l'empire ottoman et ses provinces, dont la Libye et la Syrie; il convoite la terre et la mer du pétrole libyen; il soutient le gouvernement d'accord national. En revanche, l'Egypte qui a de longues frontières avec la Libye doit s'assurer que Benghazi est contrôlée par l'influence égyptienne et ce serait bien si l'Egypte avait une part du pétrole libyen. L'Egypte soutient Haftar. Quant aux Emirats Arabes Unis, à leur tour, ils convoitent le pétrole libyen; de même pour la Russie et la France; les trois pays soutiennent le perdant nommé Haftar. Pourtant, la rumeur veut que Haftar commence à perdre ses alliés; malheureusement, la Libye est sur le point d'être divisée en trois (ou plus?) petits pays. Cela sera décidé par des puissances régionales et internationales qui ne serviront que leurs propres intérêts. Certaines puissances internationales souhaitent que la guerre civile libyenne se poursuive pour que les ventes d'armes augmentent pendant des années; certains autres pouvoirs aimeraient créer une Libye divisée avec des gouvernements servant les intérêts de ces pouvoirs à Benghazi et Tripoli.     

6/3: Nous craignons et nous inquiétons beaucoup pour les plus faibles en Libye; nous avons peur que des fosses communes baillent maintenant la bouche pour les engloutir un par un!

 

Troisièmement: Bashar Al-Assad:

1- Avant la division de la région du Levant et de l'Irak conformément à l'accord Sykes-Picot, l'empire ottoman était en voie de disparition et il était surnommé (l'homme malade de l'Europe). L'influence européenne et américaine s'est infiltrée en Irak et au Levant où se trouve une mosaïque de minorités raciales et religieuses. Le sultan ottoman Abdul-Hamid (décédé en 1918) était tellement agacé par l'ingérence des puissances occidentales qu'il a annoncé l'inauguration de la soi-disant "Université islamique'' (Al-Jamaa' Al-Eslamiyya); de plus, la politique ottomane de l'époque comprenait la persécution des minorités chiites et chrétiennes; les massacres qui ont eu lieu ont provoqué l'immigration et l'installation de nombreux Levantins en Egypte et en Occident. La littérature arabe des figures littéraires levantines en Occident (en particulier aux Etats-Unis) a émergé en conséquence. Les fanatiques wahhabites sunnites ont beaucoup contribué à la persécution religieuse infligée aux minorités chiites et chrétiennes; en conséquence, les figures de l'élite culturelle chrétienne ont soulevé les bannières du nationalisme arabe comme alternative de prendre le parti de la Turquie et de la soi-disant "Université islamique'' du sultan ottoman. Parmi ces nationalistes arabes, il y avait Sati' Al-Husri (1879 - 1968) et Michel Aflaq (1910 - 1989) qui a créé le Parti Baas. Bien sûr, le nationalisme arabe a prospéré davantage en Egypte et par conséquent dans le monde arabe par le président égyptien Gamal Abdel-Nasser.       

2- La minorité libanaise des Druzes a levé les bannières du nationalisme arabe nasseriste; la minorité palestinienne druze se rangeait du côté d'Israël et son membres de la communauté devenait citoyens israéliens; le parti Baas en Syrie a été rejoint plus tard par une minorité chiite alaouite (environ 7% à 15% de la nation syrienne). Les Kurdes syriens constituent environ 10% des Syriens. L'étudiant d'alors Hafez Al-Assad (1930 - 2000) a rejoint le Parti Baas et est diplômé de l' académie d'aviation; dans une période de troubles politiques, Hafez al-Assad est devenu ministre de la défense et secrétaire du parti Baas; il est devenu le président syrien en 1971.

3- Hafez Al-Assad s'est protégé contre les coups d'état généralement attendus en Syrie en s'appuyant fortement sur sa faction chiite; il a lancé une guerre contre les dirigeants sunnites en Syrie (qui étaient pour la plupart parmi les membres de l'organisation terroriste MB) qui avaient persécuté les chiites à plusieurs reprises auparavant. Hafez Al-Assad a commis plusieurs massacres en 1980, 1981 et 1982 (le dernier dans la ville de Hama) afin de consolider sa domination d'une main de fer. Son effondrement ou éviction signifierait, ipso facto, le massacre de tous les chiites de la Syrie. Le régime de Hafez Al-Assad était connu pour ses massacres, crimes de tortures et assassinats; de nombreux assassinats ont eu lieu au Liban par le régime syrien. Hafez Al-Assad a monopolisé le pouvoir, l'autorité et la règle; pourtant, son frère cadet, Rifaat Al-Assad, qui était alors un chef militaire, et celui qui était toujours accusé d'avoir commis le massacre de Hama, s'est rebellé contre Hafez Al-Assad et a quitté la Syrie en colère en 1984. Quand Hafez Al-Assad est mort en 2000, son fils Bashar Al-Assad est devenu le président syrien comme son successeur.

4- Bachar Al-Assad a fait face à une révolte pacifique en 2011 de citoyens syriens qui ont exigé la démocratie; cette démocratie signifie que la majorité des sunnites syriens gouvernerait et détruirait le régime, le pouvoir et l'autorité de la famille Al-Assad et confisquerait leurs richesses. Afin d'écraser la révolte pacifique, Bachar Al-Assad a permis aux terroristes de s'infiltrer en Syrie; cela signifie qu'il a créé un nouvel ennemi et qu'il a détruit les manifestations pacifiques et le mouvement des citoyens syriens. 

5- Aujourd'hui, la Syrie est devenue un point chaud de lutte entre les puissances régionales et internationales: les Etats-Unis, l'Arabie saoudite, la Turquie, l'Iran et la Russie. Alep a été détruite, entre autres villes syriennes; des millions de Syriens sont devenus des réfugiés dans de nombreux pays occidentaux et dans l'Egypte et dans certains autres pays arabes. Bachar Al-Assad a réalisé une illusion de victoire sur ses ennemis: La Syrie est maintenant divisée en régions contrôlées par la Turquie et d'autres régions contrôlées par des bases militaires russes. Bachar Al-Assad ne peut pas entrer dans de telles régions; il se soumet maintenant à la volonté de l'Iran et de la Russie puisque son sort est entre les mains des dirigeants des deux pays. Des luttes au sein de la famille Al-Assad ont eu lieu: Rami Makhlouf (le fils de l'oncle maternel de Bashar Al-Assad), qui contrôle l'économie syrienne, connaît des problèmes avec Asmaa Al-Assad (l'épouse de Bashar Al-Assad) et ses puissants membres de la famille qui exigent une grande partie du butin gagné après avoir laissé la Syrie être contrôlée par des puissances étrangères.  

6- La crise économique syrienne a provoqué de nombreuses manifestations; Bachar Al-Assad a dû limoger le Premier ministre syrien. Les Etats-Unis ont porté un coup fatal au régime de Bachar Al-Assad par le (Caesar Syria Civilian Protection Act) pour imposer des sanctions au gouvernement syrien.

7- La loi (Caesar Syria Civilian Protection Act) contraindra Bachar Al-Assad à choisir soit de parvenir à une solution politique viable et permanente conformément à la résolution n ° 2254 du Conseil de sécurité des Nations unies, soit de faire face à des sanctions imposées à la famille Al-Assad et à la famille de sa femme ainsi qu'à ses hommes d'état et le gouvernement. Cette loi américaine prévoit que les sanctions peuvent être suspendues si plus d'avions de guerre syriens ne ciblaient des civils à l'intérieur de la Syrie et si Bachar Al-Assad permettait à l'aide humanitaire internationale d'atteindre la Syrie; cela devrait se faire dans le cadre de la liberté de circulation et des soins médicaux et de la libération de tous les prisonniers politiques détenus contre leur gré sans avoir commis de délits; Bachar Al-Assad doit également empêcher son régime forcé et ses alliés (forces iraniennes et russes et forces du Hezbollah) d'attaquer des régions de civils, des hôpitaux et des installations médicales, des écoles et des marchés.

8- Dans le contexte de la grave crise économique subie par le régime de Bachar Al-Assad, la valeur de la livre syrienne a chuté; par conséquent, si les sanctions sont imposées, cela signifie la mort / destruction certaine de Bachar Al-Assad et de son régime; de même, si Bachar Al-Assad introduisait une solution politique viable et permanente conformément à la résolution n ° 2254 du Conseil de sécurité des Nations unies, cela signifierait également la fin de Bachar Al-Assad et de son régime.

9- Bien sûr, la nouvelle s'est répandue sur la façon dont Bachar Al-Assad est devenu un fardeau pour son principal allié: le président russe Vladimir Poutine. En fait, Poutine a déjà pris tout ce qu'il voulait de Bachar Al-Assad qui n'a plus rien à offrir; par conséquent, que Bachar Al-Assad resterait en vie ou serait assassiné sera décidé lorsque la Russie et les Etats-Unis parviendront un jour à un accord concernant la Syrie.

10- Al-Assad connaîtra sa fin et mourra très bientôt; que le Seigneur Dieu le maudisse!


The views and opinions of authors whose articles and comments are posted on this site do not necessarily reflect the views of IQC.