Search:
From the Archive
Fatwas: Part Twenty-Two
Torture within Quranist Viewpoint (3): The Taste of Torture/Torment
God's Covenant with the Israelites under Mount Al-Tur of Sinai
God's Sharia Laws versus Man-Made Sharia Laws
Pieces of Advice Addressed to the Palestinians for the Second Time As They Must Wake Up
To whom who says the Qur’an is not complete
(Qu'est ce que l'Islam coraniste ( partie 1
The Criteria of the Islamic Fatwa
Commenting on the statements of Pope
The contradiction Between the Islamic State and the Religious State
Document Issued by the Venerated Al-Azhar University
Pakistan needs more than elections. Only a new political class will do
Need real Islamic mosque in America to face the fanatic Muslims
The Myth of Infallible Imams
Atheism Is A Myth – (1) the Introductory Article
The Historic Roots of Salafi Wahhabism Movements
A devastating war between Israel & Hezbollah
Fatwas: Part Thirty-Two
The Farce Called: The Good Ancestors
Quand l'Arabie saudite se purifiera-t-elle de l'abomination du wahhabisme?!
Un aperçu du lien entre les armées, les richesses et l'autorité
Sur la dépendance de M. Ibn Salman sur les mercenaires:

 

Sur la dépendance de M. Ibn Salman sur les mercenaires:

Un aperçu du lien entre les armées, les richesses et l'autorité

 

Publié en novembre 13, 2017

Traduit par: Ahmed Fathy

 

Premièrement: à propos de l'islam:

 Dans l'islam (c'est-à-dire, le Coran), les combats sont autorisés uniquement dans les cas de légitime auto-défense et donc considérés comme djihad pour l'amour de Dieu, spécialement pour restaurer la liberté religieuse absolue et pour arrêter la persécution religieuse. En conséquence, nous affirmons les points suivants.

1- Le djihad est se battre pour l'amour de Dieu, et il ne peut jamais être combiné avec la lutte pour le butin, l'argent et l'invasion. Dans le chapitre coranique 8, révélé après la bataille de Badr (quand les croyants de la cite-état de Yathreb ont attaqué une caravane commerciale de la tribu Qorayish pour récupérer leur argent confisqué), Dieu affirme comment les dépouilles doit être distribuées et interdit de faire des biens terrestres ou des dépouilles comme raison de se battre; voir 8:1-2 et 8:41-69. Ces premiers croyants ont oublié cette leçon importante et ont été vaincus dans la bataille d'Uhud parce que beaucoup d'entre eux ont cherché des possessions matérielles ou butin; voir 3:152. Par conséquent, les lois de la charia coranique imposent aux croyants d'exécuter le djihad avec leur argent pour l'amour de Dieu et de ne pas se battre pour le butin ou les dépouilles.

2- Le djihad pour l'autodéfense pour l'amour de Dieu est volontaire et non obligatoire; ceux qui hésitent à participer sont punis en étant empêchés d'avoir l'honneur de s'engager dans des combats d'autodéfense à l'avenir; voir 9:83-84. De même, donner de l'argent pour se battre pour l'amour de Dieu est volontaire et jamais obligatoire; ceux qui hésitent à donner de l'argent dans de telles entreprises sont punis en étant empêchés d'avoir l'honneur de s'engager dans des combats d'autodéfense à l'avenir; voir 9:53-54.

3- Dans la liberté ci-dessus, le Coran exhorte les vrais croyants à s'engager dans le djihad de self-défense (avec leur âmes et leur argents) pour éliminer la persécution religieuse et faire face aux agresseurs pour Dieu pour qu'ils puissent entrer au Paradis dans l'Au-delà; voir 2:214, 3:142, 9:14-16, 9:111, 61:4 et 61:10.

4- Beaucoup des faibles en Arabie pendant la vie de Mahomet se sont convertis à l'islam seulement en termes de comportement pacifique tout en jouissant d'une liberté religieuse absolue dans la mesure où ils adoraient des mausolées «saints», buvaient du vin et jouaient; voir 22:30 et 5:90-91. Ceux qui étaient faibles étaient très réticents à s'engager dans des combats d'autodéfense et Dieu les a exhortés à s'y engager et les a sévèrement réprimandés pour désobéissance; voir 8:65, 4:84 et 9:38-41. C'est la même position des hypocrites; voir 9:42-55, 9:81 et 9:86-99. Les hypocrites à Yathreb avaient l'habitude d'être avares et de ne jamais faire de dons pour des efforts de djihad d'autodéfense, et Dieu les a menacés et réprimandés sévèrement; voir 9:67, 9:81, 63:7, 47:38 et 57:7-11.

5- La tribu Qorayish à La Mecque détestait l'islam pour des raisons économiques (voir 56:82) bien que cette tribu savait que le Coran était la Vérité (voir 28:75) et attaquait et persécutait les premiers croyants à La Mecque pour les forcer à abandonner l'islam (2: 217).

6- En dépit de ce qui précède, les premiers croyants remportèrent la victoire militaire, ce qui fit régner la paix (l'islam en termes de comportement pacifique) en Arabie, les guerres cessant lorsque la tribu Qorayish vit que ses intérêts économiques et politiques entraînaient une conversion à l'islam (c'est-à-dire, le comportement pacifique). Une fois que Mahomet est mort. La tribu Qorayish a réussi à rétablir son contrôle sur les Arabes au sein du règne des quatre califes pré-omeyyades. En fait, la tribu Qorayish a réussi à convaincre les Arabes du désert rebelles, furieux, affamés et belliqueux qui détestaient son contrôle et son pouvoir de canaliser leurs forces pour envahir d'autres nations pour piller et butiner et garantir leur entrée au «paradis» en forçant les nations conquises à choisir entre les points suivants: se convertir à l'islam, payer des tributs/impôts pour garder leur foi et être gouvernés par des Arabes, ou être massacrés! Cela a été l'équation sataniste pour convaincre les Arabes du désert de rejoindre les armées arabes pour envahir d'autres pays sous le règne des califes Abou Bakr, Omar et Othman. Cela a conduit à une victoire militaire sans précédent et les conquêtes arabes ont conduit à l'émergence du tout premier empire arabe. Plus tard, les Arabes se révoltèrent contre le calife corrompu Othman et l'assassinèrent et ils se battirent les uns contre les autres dans le cadre de la première guerre civile arabe sous le règne du calife Ali.

 

Deuxièmement: en quoi le concept spécial de djihad islamique diffère-t-il de celui qui est le plus répandu chez les gens aujourd'hui?

1- Ainsi, les Arabes qui se sont battus les uns contre les autres pendant des siècles avant l'islam ont arrêté leur belligérance seulement temporairement peu avant la mort de Mahomet, qui est mort après les avoir vu entrer en paix en groupes (voir le chapitre coranique 110). Une fois que Mahomet est mort, Qorayish a rétabli son contrôle sur l'Arabie et a unifié et convaincu les Arabes de retourner à leurs anciennes habitudes de piller dans une idéologie religieuse sataniste de se battre pour butin, tout en brandissant faussement des bannières de l'islam. De telles forces militaires arabes ont menacé les Byzantins et les Perses à l'époque et un empire arabe a émergé en désobéissant au Coran et à l'émergence de religions terrestres sunnites et chiites qui contredisent le Coran.

2- Ainsi, les Arabes revinrent à leurs anciennes habitudes de mobilisation en tant que soldats dans une armée menée par des dirigeants pour le butin, l'argent, les richesses, l'autorité et le pouvoir en utilisant n'importe quelle idéologie raciale, nationaliste ou religieuse. Les puissants dirigeants satisfont leurs soldats en partageant le butin et les richesses avec eux, ce qui fait que leurs soldats les servent avec loyauté et dévouement. En revanche, les dirigeants faibles, riches et corrompus sont contrôlés par de puissants chefs militaires qui peuvent confisquer les richesses, l'autorité et le pouvoir et pourraient assassiner les dirigeants faibles.

3- Cette règle mentionnée ci-dessus s'applique aux califats théocratiques d'Abou Bakr aux Fatimides et aux Ottomans et aux dynasties des Ayyoubides aux membres de la famille royale saoudienne, et de l'Andalousie au Moyen-Orient.

 

Troisièmement: quelques exemples de l'histoire:

1- Les soi-disant «sages» quatre califes pré-omeyyades ont manipulé des bannières religieuses pour commettre les crimes des conquêtes arabes; le calife Omar était juste seulement envers les Arabes et injuste envers les non-Arabes. Quand le calife Othman est devenu corrompu et a privé les Arabes du butin et de l'argent, ils se sont révoltés contre lui et l'ont assassiné plus tard. Cela signifie que les soldats et les combattants de l'armée doivent avoir des parts de richesse qui leur satisferaient.

2- Le califat omeyyade avait ses armées parmi les tribus arabes pour continuer les conquêtes arabes et pour lutter contre ses ennemis et rivaux à l'intérieur de l'empire arabe. De puissants califes omeyyades satisfont leurs soldats et leurs combattants avec beaucoup de dons d'argent et ils ont trouvé un équilibre entre les deux principales factions des tribus arabes (c'est-à-dire, les Adnanites et les Qahtanites). Quand un tel équilibre a été perdu et que les Qahtanites se sont sentis lésés et ont souffert d'injustices, ils ont rejoint les rebelles qui ont réussi à provoquer l'effondrement du califat omeyyade.

3- L'armée du califat abbasside avait pour la plupart des soldats des Qahtanites et quelques soldats persans et beaucoup de chefs militaires persans et quelques chefs militaires arabes; les puissants califes abbassides ont réussi à trouver un équilibre entre les soldats en autorité et les dons d'argent. Lorsque les deux frères et rivaux Al-Ameen et Al-Maamoun, fils du calife Haron Al-Rachid, s'engagèrent dans la guerre par procuration, Al-Maamoun comme le calife victorieux perdit l'équilibre en favorisant les soldats et les chefs militaires perses et il exclu les Arabes. La balance a été temporairement reprise par le califat abbaside Al-Motassim qui a présenté des soldats et des chefs militaires turcs. Lorsque le calife abbaside faible, corrompu et riche Al-Motawakil ne comptait que sur les soldats et les chefs militaires turcs, ils l'ont assassiné. Ce calife a été remplacé par de nombreux califes affluents, corrompus et faibles qui étaient contrôlés par des soldats et des chefs militaires turcs qui ont assassiné, détrôné et arraché les yeux de nombreux califes avec du fer chaud! Les tribus turques et les chefs militaires ont établi leurs propres domaines et états indépendants loin des Abbassides faibles; par exemple, les Tulunides, les Ikhshidides et les Seljuks. Les armées et les troupes militaires à l'époque comprenaient seulement des soldats et des chefs militaires turcs. Dans chacun de ces états, un chef militaire puissant émergerait et l'établirait et ensuite ses successeurs faibles, corrompus et faibles seraient contrôlés par les chefs militaires turcs.

4- Les Fatimides d'Afrique du Nord ont établi leur califat chiite théocratique et formé une armée et des troupes militaires chiites qui ont combattu courageusement sous la bannière de la religion chiite pour conquérir et annexer l'Égypte et le Levant. Lorsque les califes fatimides devinrent faibles, corrompus et très riches, l'idéologie religieuse déclina et les califes furent contrôlés par des chefs militaires forts et puissants.

5- D'autres dirigeants brandirent les drapeaux du jihad militaire contre les croisés, comme les Zengides qui se rebellèrent contre les Seljuks turcs qui gouvernèrent le Levant et le nord de l'Irak et remplacèrent les Seljuks sur le trône du Levant et au nord de l'Irak. Le souverain Nor-Eddine des Zengides a combattu et vaincu le roi des croisés de Jérusalem, Amalric Ier, en Égypte, car les deux souverains voulaient envahir l'Égypte. Le chef militaire kurde Saladin a dirigé l'Égypte pour les Zengides et s'est ensuite rebellé contre eux pour établir la dynastie ayyoubide après la mort de Nor-Eddine. Saladin a repris les terres des Zengides et il a établi une armée militaire forte qui l'a aidé à vaincre les croisés au nom du djihad. Après la mort de Saladin, le jihad militaire contre les croisés a diminué. Le frère de Saladin, le sultan Al-Adil, détrôna le fils de Saladin en Égypte et régna à la place. Il régna également sur le Levant, mais son armée militaire et ses troupes s'affaiblirent. Il devait acheter et entraîner des mamelouks (jeunes hommes asservis achetés avec de l'argent et formés comme soldats) en plus grand nombre que celui de Saladin, car Al-Adil savait que leur dynastie ayyoubide kurde avait besoin d'une protection militaire. Quand Al-Adil est mort, ses fils se sont battus les uns contre les autres et se sont alliés aux croisés qui gardaient encore les villes côtières du Levant. Ces fils faibles, riches et corrompus d'Al-Adil étaient contrôlés par leurs chefs militaires mamelouks. Les Mamelouks ont assassiné le dernier sultan ayyoubide, Turan Shah, et ils ont établi le califat mamelouk à la place de l'ayyoubide de leurs anciens maîtres. Les sultans mamelouks ont acheté tant de Mamelouks pour les servir et ont régné sur l'Égypte et le Levant. Les sultans mamelouks conduisaient eux-mêmes leurs armées et leurs troupes militaires et très peu de sultans mamelouks parvinrent à laisser leur trône à des fils faibles et aisés, les puissants chefs militaires parmi les autres Mamelouks étant intronisés par le pouvoir de leurs épées et de leurs soldats. Cela signifie que les chefs militaires des troupes et des armées militaires ont confisqué les richesses et le pouvoir pendant l'ère Mamelouke.

6- Tant de tribus turques venaient d'Extrême-Orient, d'Asie Mineure, du Levant et d'Irak, et les Turcs d'Asie Mineure se convertissaient au soufisme sunnite, religion dominante à l'époque supposée être «l'islam». Ces Turcs sunnites-soufis ont établi leurs armées militaires et leurs troupes sous la bannière du jihad militaire contre les Byzantins qui étaient faibles dans leurs étendues limitées de terres en Asie et en Europe et leur capitale, Constantinople. Le chef turc de ces tribus et armées turques était Othman, et il a établi le califat ottoman sous la bannière du djihad contre l'Europe, et il a réussi à conquérir et annexer le Levant, l'Égypte, l'Afrique du Nord, le Hedjaz et la Mecque, et il a contrôlé la Mer Rouge et la plupart des côtes de la Mer Méditerranée. Bien sûr, la tribu de ce chef/sultan Othman n'incluait pas autant de soldats; il devait acheter de jeunes esclaves mâles (et des enfants mâles) pour être formés comme soldats, dans l'armée janissaire, qui lui étaient très fidèles comme leur sultan qui dirigeait toutes leurs batailles comme leur chef militaire. Les Ottomans ont imposé de lourds impôts et hommages sur leurs sujets en Europe, en Asie et en Afrique. Ces chefs militaires de l'armée janissaire contrôlèrent plus tard les califes ottomans faibles, riches et corrompus et dirigèrent toutes les affaires du califat ottoman. Le califat ottoman était considéré comme l'homme malade de l'Europe; Grande Bretagne l'a gardé en vie pendant un certain temps et l'a protégé de la Russie pour que les Britanniques (et les Français) parviennent plus tard à envahir certains pays du Moyen-Orient au moment opportun.

7- Ces exemples de l'histoire se répètent dans l'histoire du monde, par exemple en Chine, en Europe et en Russie. Cela s'applique aux premier et deuxième états saoudiens et le troisième État saoudien actuel.

8- Ainsi, lorsque le prince héritier saoudien M. Ibn Salman a impliqué son royaume saoudien dans les plans américains contre l'Iran, il sait qu'il n'a pas d'armée militaire réelle et fiable; il doit imiter les dirigeants riches, corrompus et faibles avant de s'appuyer sur des mercenaires importés des pays du Premier Monde (comme les mercenaires de Blackwater) ou importés des pays du Tiers Monde (mercenaires du Pakistan, du Népal, du Bangladesh, de Jordanie ou d'Égypte). M. Ibn Salman ne se contentera pas de s'allier seulement aux tyrans des pays voisins; ils sont des alliés dont la loyauté est achetée par beaucoup d'énormes pots-de-vin. M. Ibn Salman a besoin d'une armée de mercenaires sous son commandement pour empêcher l'effondrement du royaume saoudien et s'engager dans une guerre régionale après avoir reçu le feu vert des États-Unis.

 

Enfin:

1- Ces questions s'imposent: des armées de mercenaires sacrifieraient-elles leur vie pour un homme très riche, imprudent, impétueux, corrompu, arrogant et hautain comme le prince héritier saoudien M. Ibn Salman?! De tels mercenaires armés qui gardent la vie de M. Ibn Salman en échange de frais exorbitants se contenteraient-ils d'un tel argent et ne demanderaient-ils pas plus d'argent? Peut-on faire confiance à de tels mercenaires pour garder la vie de M. Ibn Salman si ses ennemis leur paient plus d'argent? Ces mercenaires peuvent-ils avoir de l'honneur, de la loyauté ou de la conscience? La loyauté de n'importe quel mercenaire (par définition) peut être achetée par quelqu'un qui paie plus d'argent; ainsi, les armes portées par les mercenaires recrutés par la famille saoudienne pourraient facilement être pointées sur M. Ibn Salman lui-même.

2- N'est-ce pas vrai? Bien sûr que c'est vrai!


The views and opinions of authors whose articles and comments are posted on this site do not necessarily reflect the views of IQC.