Search:
From the Archive
On Prayers Performed by Muslims inside Churches
Where Is now the Saudi Prince Mishaal Ibn Abdul-Aziz Al-Saud the King of Confiscated Lands in Arabia?
Our Journey to Israel and Palestine (6)
Preface of Part Two: To define its missions
Quranic Terminology: Generosity/ Generous/ Generously
This offensive insulting verdict to Islam
I Killed My Dad!
Fatwas Part One-Hundred-and-Seventeen
The Saudis’ PR ‘Roads’ Show
Refuting Views of Mr. Al-Wasiti Who Shamelessly Flatters the Saudi Roy
The Saud Family Follow the Creed of the Liar Abou Hurayrah
Quranic Terminology: Conceal (2)
Which Group Does Harbor More Enmity Towards Prophet Muhammad: the Egyptian Coptic Christians or the Extremists among the Muhammadans?
With the current Egyptian revolution, the countdown for Wahhabism just
The Metaphysical Realm of Barsakh and the Day of Gathering Which Is the Day of Resurrection
An Egyptian Interview
The Test of Succession in the Land between Moses' Pharaoh and the Israelites (1 of 2)
Fatwas Part Fifty-Three
The Double Punishment on the Last Day for Clergymen
Birth of the Quranist trend and Ahmed Subhy Mansour
A propos du débat sur les coranistes entre le président égyptien Abdel-Fattah Al-Sisi et le chef-cheikh d'Al-Azhar

 

A propos du débat sur les coranistes entre le président égyptien Abdel-Fattah Al-Sisi et le chef-cheikh d'Al-Azhar

 

Publié le 20 novembre 2018

Auteur: Dr. Ahmaed Subhy Mansour

Traduit par: Ahmed Fathy

 

 

 

Premièrement: à propos du chef d'Al-Azhar:

1- Dans son discours d'aujourd'hui, le chef actuel d'Al-Azhar, le Dr. Ahmad Al-Tayyib, s'est attaqué à la tendance des coranistes et il a prononcé son discours à partir d'un morceau de papier écrit pour lui; il n'a jamais parlé de rien de nouveau.

2- Le chef d'Al-Azhar, dans son discours, a attribué la tendance coraniste aux érudits indiens! Cela signifie qu'il n'a délibérément pas mentionné le fait qu'Al-Azhar était lui-même le pionnier de la réforme religieuse en Egypte grâce aux efforts intellectuels de son ancien chef, l'imam Mohamed Abdou (décédé en 1905), dont les disciples azharites (par exemple, Taha Hussein, Ali Abdel-Razik, Mustapha Abdel-Razik et le cheikh Al-Maraghy) n’ont jamais été à la hauteur de son courage et de ses idées réformistes. Le chef d'Al-Azhar n'osera jamais mentionner nos efforts intellectuels depuis les années 1970, alors que nous étions professeur assistant à l'université Al-Azhar; nous nous sommes inspirés de l'héritage de M. Abdou et avons subi de nombreux types de persécution, ainsi que nombre de nos chers coranistes. Avec nos mains nues et nos moyens modestes, nous nous efforçons, au sein de notre site Web, de plaire au Seigneur Dieu et de rappeler au peuple sa Parole: le Saint Coran. Nous ne nous soucions jamais de ceux qui nous persécutent ou qui nous insultent verbalement dans leurs vidéos et leurs écrits. En tant que penseur coraniste, nous ne nous imposons jamais ni nos idées à qui que ce soit; nous ne cherchons jamais les récompenses de quiconque; autant que nous pouvons, nous pardonnons à ceux qui insultent notre personne.    

3- Dans son discours, le chef d'Al-Azhar a cité le faux hadith idiot de Muhammad qui est supposé prédire que des hommes s'asseoiraient et parleraient de ses "hadiths" pour les affaiblir et les rejeter en utilisant le Coran, tout en oubliant que Muhammad est un "législateur" au sein de l'islam comme le Seigneur Dieu lui-même! Ce hadith blasphématoire et faux n'est jamais prononcé par Muhammad; en fait, ce hadith a été fabriqué par des érudits / imams sunnites au cours de l'ère abbasside pour faire face à la minorité des coranistes de l'époque qui rejetait tous les hadiths de Sunna et insistait sur le fait que le Coran était la source unique de l'islam. Ce hadith idiot est le reflet du débat entre sunnites et coranistes à l’époque des Abbassides. Avant la fabrication de ce hadith, il existait un débat similaire entre l'auteur sunnite nommé Al-Shafei et les penseurs coranistes qui sont les disciples du penseur coraniste Abou Hanifa. Cela indique clairement que la tendance coraniste dans l'histoire intellectuelle des «musulmans» a commencé avec l'imam Abou Hanifa. Cette tendance coraniste a eu beaucoup d'adeptes (qui sont restés une minorité à toutes les époques) qui ont débattu avec les imams sunnites.

4- C’est un fait très important: le prophète Muhammad est le premier homme musulman coraniste; c.-à-d., il ne croyait en aucun autre livre à côté du Coran; le Seigneur Dieu lui a commandé de suivre et d'adhérer uniquement au Coran: "Tiens fermement à ce qui t'a été révélé car tu es sur le droit chemin." (43:43); "Dis-[leur]: «Je ne vous dis pas que je détiens les trésors d'Allah, ni que je connais l'Inconnaissable, et je ne vous dis pas que je suis un ange. Je ne fais que suivre ce qui m'est révélé.»..." (6:50); "...Dis: «Je ne fais que suivre ce qui m'est révélé de mon Seigneur. Ces [versets coraniques] sont des preuves illuminantes venant de votre Seigneur, un guide et une grâce pour des gens qui croient." (7:203); "Dis: «Je ne suis pas une innovation parmi les messagers; et je ne sais pas ce que l'on fera de moi, ni de vous. Je ne fais que suivre ce qui m'est révélé; et je ne suis qu'un avertisseur clair»" (46:9).

5- Lorsque le chef d'Al-Azhar a cité un faux hadith fabriqué, cela prouve qu'il croit au mythe selon lequel Muhammad a prédit l'avenir. Ainsi, le chef d'Al-Azhar rejette et ne croit pas au Coran qui affirme que Muhammad n'a jamais connu les événements à venir (dans ce monde et dans l'Au-delà) et qu'il n'en a jamais parlé: "Dis: «Je ne suis pas une innovation parmi les messagers; et je ne sais pas ce que l'on fera de moi, ni de vous...." (46:9); "Dis-[leur]: «Je ne vous dis pas que je détiens les trésors d'Allah, ni que je connais l'Inconnaissable..." (6:50); "Dis: «Je ne détiens pour moi-même ni profit ni dommage, sauf ce qu'Allah veut. Et si je connaissais l'Inconnaissable, j'aurais eu des biens en abondance et aucun mal ne m'aurait touché. Je ne suis, pour les gens qui croient, qu'un avertisseur et un annonciateur»." (7:188).

6- Le chef d'Al-Azhar croit aux faux discours / narratifs / hadiths au lieu du discours divin du Seigneur Dieu dans le Coran.

6/1: Le chef d'Al-Azhar, un homme âgé, sénile et sur le point de mourir, s'en tient aux mythes et rejette le Coran; il rejette l'avertissement coranique exprimé ici: "N'ont-ils pas médité sur le royaume des cieux et de la terre, et toute chose qu'Allah a créée, et que leur terme est peut-être déjà proche? En quelle parole croiront-ils après cela?" (7:185). Ce verset coranique montre clairement que le seul discours (ou la seule parole) dans lequel les musulmans monothéistes croient est le Saint Coran: la Parole Divine du Seigneur Dieu. 

6/2: Ceux qui croient en d'autres discours / récits / hadiths parallèlement au Coran nient, rejettent et jettent le doute sur le discours divin de Dieu: le Coran. Nous déduisons ce fait de ces versets coraniques: "Malheur, ce jour-là, à ceux qui criaient au mensonge. Après cela, en quelle parole croiront-ils donc?" (77:49-50).

6/3: La croyance monothéiste au sein de l'islam concerne la croyance en un seul Dieu, Allah, et en un seul discours: le Coran qui est la Parole de Dieu: "Voilà les versets d'Allah que Nous te récitons en toute vérité. Alors dans quelle parole croiront-ils après [la parole] d'Allah et après Ses versets?" (45:6); il est à noter que juste après ce verset, le Seigneur Dieu met en garde les menteurs pécheurs qui rejettent le Coran en raison de leur croyance en des hadiths / récits / discours diaboliques; Il les met sévèrement en garde contre les tourments de l'Enfer: "Malheur à tout grand imposteur pécheur! Il entend les versets d'Allah qu'on lui récite puis persiste dans son orgueil, comme s'il ne les avait jamais entendus. Annonce-lui donc un châtiment douloureux [en Enfer]." (45:7-8).

7- Le chef d'Al-Azhar fait partie de ceux qui croient aux récits distrayants et aux faux discours / hadiths au lieu du Coran.

7/1: Il y a le meilleur discours de la vérité: la Parole de Dieu: le Coran lui-même: "...Et qui est plus véridique qu'Allah en parole?" (4:87); "...Et qui est plus véridique que Dieu? (4:122); "Dieu a envoyé le meilleur discours..." (39:23).

7/2: Il y a des discours distrayants et faux auxquels adhère le chef d'Al-Azhar qui égare les autres par de tels discours / hadiths diaboliques. Le Seigneur Dieu dit ce qui suit à propos des polythéistes qui incluent le chef d’Al-Azhar: "Et, parmi les hommes, il est [quelqu'un] qui, dénué de science, achète de distrayants discours pour égarer hors du chemin d'Allah et pour le prendre en raillerie. Ceux-là subiront un châtiment avilissant. Et quand on lui récite Nos versets, il tourne le dos avec orgueil, comme s'il ne les avait point entendus, comme s'il y avait un poids dans ses oreilles. Fais-lui donc l'annonce d'un châtiment douloureux [en Enfer]." (31:6-7). L'expression coranique (parmi les hommes) au verset 31:6 indique le fait qu'il y aura des pareils de ces ennemis du Coran à toutes les époques. Les versets 31:6-7 s'appliquent miraculeusement à la tête d'Al-Azhar à cause de ses paroles et de ses actes (et de sa réticence à montrer la vérité coranique qui contredit les hadiths) qui montrent son rejet du Coran et sa croyance en des récits / hadiths distrayants qui n’ont rien à voir avec l’islam et qu’il utilise pour égarer les autres.

8- Le chef d'Al-Azhar, dans le discours qu'il a prononcé à partir d'un papier écrit par d'autres, répète les mêmes vieilles accusations blasphématoires contre le Coran; il a dit qu'il est incomplet et vague et qu'il faut des discours / hadiths / récits d'êtres humains pour "l'expliquer", "l'interpréter", le "compléter" et le "détailler"! Le chef d'Al-Azhar a déclaré que le Coran manquait de beaucoup de choses car il ne contenait pas de détails sur la manière d'effectuer les prières quotidiennes. Nous avons réfuté une telle affirmation fausse en affirmant et en prouvant dans nos écrits et dans nos vidéos YouTube, sous-titrées en anglais, que des actes de culte tels que des prières, des pèlerinages et des jeûnes sont hérités en Arabie comme des traditions de la religion monothéiste d'Abraham. Lorsque des polythéistes ont déformé ces actes de culte, le Coran est venu les réformer, les corriger et ordonner aux croyants de suivre la religion monothéiste d'Abraham. La méthodologie coranique utilisée pour réformer les distorsions de la religion d'Abraham ne consiste pas à mentionner ou à changer ce qui est correct; cela inclut les heures des cinq prières quotidiennes et le nombre de leurs raqas. Le Coran n'aborde que la manière de corriger les distorsions; nous déduisons cela de ces versets: "O vous qui avez cru! Quand on appelle à la Salât du jour du Vendredi, accourez à l'invocation d'Allah et laissez tout négoce. Cela est bien meilleur pour vous, si vous saviez! Puis quand la Salât est achevée, dispersez-vous sur terre et recherchez [quelque effet] de la grâce d'Allah, et invoquez beaucoup Allah afin que vous réussissiez. Quand ils entrevoient quelque commerce ou quelque divertissement, ils s'y dispersent et te laissent debout. Dis: «Ce qui est auprès d'Allah est bien meilleur que le divertissement et le commerce, et Allah est le Meilleur des pourvoyeurs»." (62:9-11). Dans les nouvelles législations, le Coran donne des détails pour les expliquer; par exemple, les prières exécutées en période de peur. Vous trouverez plus de détails sur ce sujet dans notre livre (en deux parties) sur les prières publié sur notre site Web du coranisme.

9- Dans son discours, le chef d'Al-Azhar a tenté de montrer que le Coran était incomplet et manquait; il s'est fait parmi ceux qui cherchent à nier, réfuter et ridiculiser les versets de Dieu; le Seigneur Dieu dit ce qui suit dans le Coran à propos de ces mécréants méchants: "Tandis que ceux qui luttent contre nos versets Nos versets, ceux-là sont les gens de l'Enfer." (22:51); "Et ceux qui s'efforcent de rendre vains Nos versets, ceux-là auront le châtiment d'un supplice douloureux." (34:5); "Et quant à ceux qui s'efforcent à rendre Nos versets inefficients, ceux-là seront forcés de se présenter au châtiment." (34:38).

10- Le chef d'Al-Azhar impose aux Egyptiens des hadiths contradictoires et arriérés; nous avons prouvé dans nos écrits la contradiction et la discordance des soi-disant hadiths; de nombreux hadiths recommandent de commettre des actes odieux de terrorisme, d'agression, d'effusion de sang et d'autres atrocités. Ainsi, le chef d'Al-Azhar repousse les gens du chemin du Seigneur (c.-à-d., le Coran), qui est le Livre descendu et donné à Muhammad comme source de miséricorde pour l'humanité: "Et Nous ne t'avons envoyé qu'en miséricorde pour tout le monde." (21:107). Le chef égaré d'Al-Azhar abuse de son pouvoir et de son autorité temporels pour détourner les autres du chemin du Seigneur Dieu, le Coran, et pour emprunter la voie / religion du Seigneur, afin de tromper les autres. Le Seigneur Dieu a averti ces gens pécheurs contre l'Enfer afin qu'ils se repentent avant de mourir: "Les gens du Paradis crieront aux gens du Feu: «Certes, nous avons trouvé vrai ce que notre Seigneur nous avait promis. Avez-vous aussi trouvé vrai ce que votre Seigneur avait promis?» «Oui», diront-ils. Un héraut annoncera alors au milieu d'eux: Que la malédiction d'Allah soit sur les injustes, qui obstruaient le sentier d'Allah, qui voulaient le rendre tortueux, et qui ne croyaient pas à l'Au-delà.»" (7:44-45); "Ceux qui obstruent le sentier d'Allah (aux gens), cherchent à le rendre tortueux et ne croient pas en l'Au-delà." (11:19); "Allah, à qui appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre. Et malheur aux mécréants, pour un dur châtiment [qu'ils subiront]. Ceux qui préfèrent la vie d'ici-bas à l'au-delà, obstruent [aux gens] le chemin d'Allah et cherchent à le rendre tortueux, ceux-là sont loin dans l'égarement." (14:2-3).

11- Les égarés qui cherchent à induire les autres en erreur ne seront jamais guidés, même si Muhammad lui-même les appellerait à se repentir: "Même si tu désirais ardemment qu'ils soient guides. [Sache] qu'Allah ne guide pas ceux qui s'égarent..." (16:37). Un vieil homme, un cheikh, qui a passé la plus grande partie de sa vie à mal guider les autres et cela lui a valu une stature et une richesse qui ne se repentiront jamais.

12- Ce qui est mentionné par le chef d’Al-Azhar à propos d’Isnad (c’est-à-dire, les séries de narrateurs des hadiths), tout en citant les mots des orientalistes, montre clairement qu’il est un ignorant; dans notre livre sur Isnad, publié sur notre site Web et imprimé au Caire, Egypte, en 1998, nous prouvons qu’Isnad contredit à la fois le Coran et les bases de la méthodologie de recherche.

 

Deuxièmement: notre commentaire sur le discours prononcé par le président Al-Sisi:

1- Le président égyptien actuel diffère de ses prédécesseurs; c'est un lecteur avide et un homme cultivé. Al-Sisi a compris l'importance vitale d'introduire une réforme religieuse en Egypte. Pourtant, avec tact et dans une attitude «politiquement correcte», il a rebaptisé cette réforme religieuse dans cette étiquette (la réforme du discours religieux en Egypte). Al-Sisi a demandé au chef d'Al-Azhar et aux autres cheikhs azharites sous lui d'assumer la mission de réformer le discours religieux; ils n'ont rien fait du tout; c'est parce qu'ils sont la source du problème et ne peuvent jamais faire partie de sa solution. Le chef d'Al-Azhar a avorté toutes les réformes entreprises par Al-Sisi. Le chef d'Al-Azhar se sent puissant parce qu'il s'appuie sur l'influence saoudienne en Egypte et à Al-Azhar. Même lorsque le prince héritier saoudien, M. Ibn Salman, a décidé d'introduire une réforme qui inclut le mépris du wahabisme (auquel adhère le chef d'Al-Azhar), le chef d'Al-Azhar s'est tu et n'a jamais commenté sur cette réforme qui est beaucoup parlé de l'intérieur de l'Arabie saoudite. Les discours d'Al-Sisi et du chef d'Al-Azhar dans le cadre de la célébration sunnite de la naissance du prophète Muhammad  (dont la date de naissance est inconnue; cette célébration ou fête est rejetée par les coranistes) montrent la lutte entre le président égyptien et le chef d'Al-Azhar en ce qui concerne la réforme religieuse. Nous conseillons à Al-Sisi de licencier facilement le chef d'Al-Azhar et les cheikhs qui le suivent afin de s'en débarrasser; ils n'ont aucune influence en Egypte en termes de popularité et en termes de vie politique.

2- En 1998, lors de nos travaux au Centre Ibn Khaldoun, nous avons présenté notre projet / initiative visant à réformer l’éducation égyptienne, en particulier les programmes d’enseignement religieux, afin de rendre les étudiants et les élèves plus tolérants envers les citoyens égyptiens non musulmans (chrétiens coptes, par exemple). Nous avons écrit le scénario d’un film documentaire produit par le Centre Ibn Khaldoun sur la tolérance au sein de la nation égyptienne; nous en avons écrit un autre (également produit par le Centre Ibn Khaldoun) basé sur une histoire vraie de la tolérance égyptienne à l'égard des coptes à l'époque des Abbassides. En conséquence, Al-Azhar et les autres appareils d'etat profond en Egypte ont lancé une guerre contre notre personne et contre le Centre Ibn Khaldoun, qui a été fermé et son propriétaire, le Dr. Saad-Eddine Ibrahim, a été emprisonné. D'autres coraniques ont été emprisonnés à l'époque, alors que nous avons réussi à nous enfuir aux Etats-Unis en octobre 2001, où nous avons demandé et obtenu l'asile politique. Nous avons récemment lu un article sur le projet du ministre égyptien de l’éducation visant à ce que le programme religieux comprenne des livres unifiés pour les étudiants et les élèves musulmans et chrétiens, mettant l’accent sur les aspects moralistes. Cela a été suggéré dans notre projet / initiative il y a 20 ans, qui a provoqué les foudres du régime de Moubarak. En fait, l'influence destructrice du wahabisme, avec ses extrémistes et ses fanatiques, a causé de nombreuses pertes à l'Egypte et a entraîné la stagnation d'Al-Azhar pendant des décennies. Jusqu'à quand les Egyptiens doivent attendre la réforme religieuse imposée par l'Etat? Quelles sont les pertes pour les Egyptiens si l’Etat égyptien reste hésitant à introduire une réforme religieuse immédiate?!     

3- La réforme religieuse dont nous avons tant besoin est basée sur les principes islamiques suivants, déduits du Coran.

3/1: En termes de comportement, l’islam est la paix; tous les citoyens qui adhèrent à un comportement pacifique sont des musulmans indépendamment de leur appartenance religieuse. La paix est la base de la pleine citoyenneté parmi les citoyens qui devraient être égaux en Egypte. En revanche, les agresseurs armés qui terrorisent des personnes pacifiques et innocentes et pratiquent la coercition religieuse sont des incroyants / polythéistes en raison de leur comportement violent. Ils agissent contre le Seigneur Dieu et méritent d’être punis sévèrement s’ils ne se repentent pas et n'adhèrent pas à la paix.

3/2: En termes de foi dans les cœurs, l’islam est monothéisme (Il n'y a pas d'autre Dieu qu'Allah) et se soumettre à la Parole de Dieu, le Coran, sans déifier les choses / objets et les mortels (prophètes et / ou non-prophètes). Le Seigneur Dieu est le seul à juger toute l'humanité au Dernier Jour en ce qui concerne leur foi. Par conséquent, la mission de l'Etat égyptien n'est pas de «guider» les citoyens pour les faire entrer au Paradis; en fait, être guidé est une responsabilité individuelle: "Quiconque prend le droit chemin ne le prend que pour lui-même; et quiconque s'égare, ne s'égare qu'à son propre détriment..." (17:15); "...Quiconque se guide, c'est pour lui-même en effet qu'il se guide. Et quiconque s'égare, alors dis: «Je ne suis que l'un des avertisseurs»." (27:92).

3/3: Les points suivants sont le résultat de ceux ci-dessus.

3/3/1: La mission de l’état égyptien doit se limiter au maintien de la sécurité, de la justice et de la solidarité sociale avec les pauvres et les nécessiteux, ainsi que la liberté religieuse, politique et économique de tous les citoyens.

3/3/2: Il ne devrait y avoir en Egypte aucune institution officielle contrôlant la religion; aucun membre du clergé n'a le droit de supposer qu'il représente Dieu comme étant Sa député sur terre pour «guider» le peuple; de nombreux versets coraniques affirment que Muhammad n'a jamais été le gardien de qui que ce soit, car être guidé est une responsabilité individuelle: "Dis: «O gens! Certes la vérité vous est venue de votre Seigneur. Donc, quiconque est dans le bon chemin ne l'est que pour lui-même; et quiconque s'égare, ne s'égare qu'à son propre détriment. Je ne suis nullement un protecteur pour vous." (10:108); "Nous t'avons fait descendre le Livre, pour les hommes, en toute vérité. Quiconque se guide [le fait] pour son propre bien; et quiconque s'égare, s'égare à son détriment. Tu n'es nullement responsable [de leurs propres affaires]." (39:41); "Certes, il vous est parvenu des preuves évidentes, de la part de votre Seigneur. Donc, quiconque voit clair, c'est en sa faveur; et quiconque reste aveugle, c'est à son détriment, car je ne suis nullement chargé de votre sauvegarde." (6:104).

3/3/3: Al-Azhar doit retrouver son statut initial depuis son inauguration en 972 après J.-C. jusqu'à environ 1920 après J.-C.; c'est-à-dire, une simple mosquée ou un lieu de culte, sans rôle ni influence politique ou religieux, entretenu par des dons et supervisé par le gouvernement. L’Université Al-Azhar doit être transformée en une université civile et laïque annexée à l’Université du Caire et à l’Université Ain Shams (les deux sont situées au Caire, la capitale égyptienne), après la fermeture des facultés, collèges et instituts d’enseignement de la religion sunnite. Les écoles secondaires, préparatoires et primaires azharites doivent être transformées en écoles publiques sans éducation religieuse. Toutes les institutions et tous les organes liés à Al-Azhar basés au Caire doivent être fermés (par exemple, le Centre des fatwas et le Centre de recherche «islamique»). L’Etat égyptien doit surveiller toutes les mosquées et faire en sorte que les sermons se concentrent sur l’enseignement des aspects moralistes sans aborder aucun aspect politique. Cela permettra à l’Etat égyptien d’économiser des milliards de livres égyptiennes et contribuera à alléger le fardeau de la protection de la religion sunnite wahhabite qui a provoqué la propagation du terrorisme et des effusions de sang en Egypte et dans le monde entire et qui constitue toujours un véritable danger menaçant l’existence d'Egypte.

3/3/4: La liberté religieuse absolue doit être disponible pour tous les citoyens égyptiens; ceci inclut la liberté de pensée / croyance religieuse, la liberté de pratiquer tout culte et rituel, la liberté de construire des lieux de culte et la liberté de prosélytisme et de prêcher toute religion sans contrainte religieuse ni recours à la violence liée aux mythes / hadiths de changer le "vice" par la force et de mettre à mort des "apostats" ou des "hérétiques".

4- L’introduction d’une réforme religieuse est directement liée à l’introduction d’une réforme législative qui conduira à une transition démocratique en Egypte dans le cadre d’un processus qui prendra plusieurs générations. La réforme législative dont nous avons tant besoin doit viser à supprimer toutes les restrictions en matière de liberté de pensée et de religion et en matière de créativité / arts. Cela doit inclure l’abrogation / l’annulation des lois qui paralysent et emprisonnent les innocents, en particulier les lois relatives à la détention dans les postes de police. Bien entendu, la réforme religieuse est également directement liée à la lutte contre la corruption dans tous les secteurs gouvernementaux, en particulier au sein de l'autorité judiciaire et aux aspects économiques et sociaux dominés par les officiers de police et les officiers et généraux de l'armée.    

5- Ce type de réforme doit être initié immédiatement. La région du Moyen-Orient connaît actuellement des changements radicaux. Le président Al-Sisi aura des lignes glorieuses et lumineuses dans l'histoire de l'Egypte s'il entreprend cette mission d'introduire des réformes à tous les niveaux en Egypte. Bien sûr, la transition démocratique en Europe a pris des siècles avant que les peuples occidentaux acquièrent la culture de la démocratie. En Egypte, cette transition démocratique pourrait prendre quelques décennies; le président égyptien gagnera ainsi le cœur de millions d'Egyptiens qui l'ont élu président à deux reprises en 2014 et 2018, car ils détestent beaucoup les membres du groupe terroriste MB (ou les Frères musulmans). Al-Sisi doit exprimer sa gratitude aux citoyens égyptiens en libérant de prison tous les prisonniers politiques, en leur offrant des compensations et en introduisant des réformes religieuses et législatives afin que les citoyens égyptiens puissent vivre en paix et en sécurité. Nous espérons sincèrement qu’un jour, il y aura en Egypte des ex-présidents vivant en paix, marchant dans les rues et consommant des aliments sans crainte. Bien sûr, le terrorisme introduit par les hauts responsables du gouvernement les fait vivre dans la peur des représailles et ils ne peuvent faire confiance à personne et leur vie est remplie de cauchemars. Il est grand temps que tout le monde ressente le soulagement résultant de l'introduction de réformes pacifiques à tous les niveaux.           

 

Enfin:

   Le meilleur discours est le Coran: "Vous vous souviendrez de ce que je vous dis, alors je confie mon cas à Dieu. Dieu est Observateur des serviteurs."" (40:44). Comme toujours, le Seigneur Dieu ne dit rien que la vérité absolue.  


The views and opinions of authors whose articles and comments are posted on this site do not necessarily reflect the views of IQC.