Search:
From the Archive
Who is benefiting from the attack on the Quranists in Egypt?
The Best and Most Unique Birthday Gift We Have Ever Received
The Saudi-isation Of Pakistan
About the Removal of YouTube Videos in Which We Were Hosted by an Arab Channel:
Atheists and Salafists
The Egyptian Election and the Muslim Brotherhood
George Bush’s Dilemma
Quand l'Arabie saudite se purifiera-t-elle de l'abomination du wahhabisme?!
Women and Democracy in the Middle East
We Saw This Vision during our Sleep, or Is It Merely Jumbles of Dreams?!
Nothing New Under the Sun of the Countries of the Muhammadans from the Era of Bajkam to the Era of Kaddafi
The distortion of the image of Islam P 3
President Al Sisi and What Will Follow Him
MATIERE A REFLEXION
Syrian Refugees in Germany: Risks and the Solution
Fatwas Part Eighty-Six
Dr.Colonel Mohamed ELghanam: asks for a criminal trial of Mubarakþ
US Could Have Used bin Laden's Death to Expose Sympathizers
Carrying their Burdens and the Burdens of their Followers
Whom we grant him long life we reverse him in the creation, then they will not use intellect
Réfutant le soi-disant 'islam modéré' du prince héritier saoudien

 

Réfutant le soi-disant 'islam modéré' du prince héritier saoudien

Publié le 26 octobre 2017

Traduit par: Ahmed Fathy

 

 

Premièrement: l '«islam modéré» du prince héritier saoudien contredit le Coran:

1- Le principe saillant de l'islam est le témoignage de (Il n'y a de Dieu qu'Allah), et il est formulé dans le style restrictif dans la langue arabe pour indiquer que rien et personne ne doit être divinisé à côté de Dieu. Il n'y a pas de position intermédiaire ici; on peut adorer Dieu dans le monothéisme tout en lui consacrant la religion pour être parmi les habitants du paradis, autrement, on peut être parmi les polythéistes en Enfer à cause de la déification des mortels et des choses à côté de Dieu. Ainsi, le monothéisme signifie dédier sa religion (c'est-à-dire les actes de culte, de sanctification et de déification) seulement à Dieu. "... Ils n'ont aucun allié en dehors de Lui et Il n'associe personne à Son jugement." (18:26); "...Quiconque, donc, espère rencontrer son Seigneur, qu'il fasse de bonnes actions et qu'il n'associe dans son adoration aucun autre à son Seigneur." (18:110); "Tel est Dieu, votre vrai Seigneur. Au delà de la vérité qu'y a-t-il donc sinon l'égarement? Comment alors pouvez-vous, vous détourner? " (10:32).

2- De même, les vrais croyants ne peuvent pas croire à d'autres discours, récits ou hadiths à côté du Discours de Dieu: le Coran. Cela signifie que quiconque croit en un seul hadith ou récit est un mécréant qui rejette le Coran: "...Dans quel discours, après cela, croiront-ils donc?"(77:50 & 7:185); "Ce sont les versets de Dieu que Nous vous récitons dans la Vérité. Dans quel discours, après Dieu et ses versets, croiront-ils?" (45: 6).

3- Dieu dit ce qui suit à propos des polythéistes qui meurent sans repentir: "... Celui qui associe les autres à Dieu, Dieu lui a interdit le Paradis, et sa demeure est le Feu. Les injustes n'ont pas de partisans." (5:72). Ceux qui croient sincèrement et profondément dans le noyau de l'islam (Il n'y a pas d'autre Dieu qu'Allah) mais qui sont morts après avoir commis des péchés graves sans repentir sincère et expiation seront bien dans l'Enfer pour toujours parce qu'ils ont transgressé les limites et les règles de Dieu; ceci est mentionné dans le Coran directement après les règles de l'héritage: "Voici les limites fixées par Dieu: Celui qui obéit à Dieu et à Son messager, Il l'admettra dans les Jardins du Paradis sous lesquels coulent les fleuves, pour y demeurer éternellement. Mais celui qui désobéit à Dieu et à Son messager, et qui outrepasse Ses limites, Il l'admettra dans un Feu, où Il demeurera pour toujours, et il aura un tourment honteux." (4:13-14). Ainsi, nous avons le droit de poser cette question: y a-t-il quelqu'un en L'Arabie saoudite qui donne aux femmes leurs parts légitimes d'héritage?!

4- Il n'y a rien de positions «modérés» dans l'islam ou une application partielle de l'islam; ceux qui prétendent le contraire sont des ignorants qui ne connaissent rien au Coran et qui n'y croient pas. Ces mécréants verront certainement qu'il n'y a pas de position "modéré" entre le Paradis et l'Enfer dans l'Au-delà.

 

Deuxièmement: que signifie le faux terme «islam modéré» dans la mentalité du prince héritier saoudien?

1- Les paroles du prince héritier saoudien sur le retour de son royaume à l'islam dit «modéré» ont été très applaudies, comme s'il avait reçu une (ovation debout) comme la chanteuse égyptienne, la diva Um Kulthum. Nous n'attendons rien de différent des esclaves du roi saoudien; la culture des esclaves est la norme à l'intérieur de l'état saoudien. Ces esclaves applaudiront volontiers leur maître saoudien (le prince héritier) s'il leur dit que le soleil se lève de l'ouest, et leur réaction sera la même s'il leur dit que le soleil se lève de l'est. Ces esclaves saoudiens sont dévoués à leur maître saoudien indépendamment de son nom, car ils déifient leurs dirigeants. Ils applaudissent maintenant le prince héritier, Ibn Salman, et avant lui, ils ont applaudi Ibn Nayef avec le même enthousiasme. C'est la culture de la déification des dirigeants; ils ont oublié leur Seigneur Dieu et Il leur a fait oublier eux-mêmes, comme le Coran nous parle des hypocrites de toutes les époques.

2- Les applaudissements des hypocrites ne sont jamais une garantie du succès des tyrans ou du maintien de leur autorité. Il est clair que le jeune prince héritier a bien besoin de ces applaudissements et qu'il punira ceux qui ne l'applaudissent pas.

3- C'est un point décisif dans cette question politique; les tyrans du Moyen-Orient sont de deux types: les tyrans de type «léger» que l'on peut supporter, comme le tyran militaire en Égypte, et qui ne forcent jamais les citoyens à les applaudir. La plupart des Égyptiens  ne prêtent aucune attention aux tyrans qui les gouvernent; ils n'écoutent jamais leurs discours et ils boycottent leur elections truquées, et quand les citoyens égyptiens ridiculisent les tyrans, ces tyrans ne les punissent pas. L'autre type de tyran est celui des pharaons qui commettent le péché d'auto-déification et forcent les gens à les applaudir et à les louer. Ces tyrans qui imitent le Pharaon de Moïse ne sont jamais satisfaits par le silence des gens; pour eux, les gens doivent être obligés de déclarer leur «loyauté» et applaudir tous les discours et décisions, même s'ils sont contradictoires ou si nombreux, sinon, ceux qui refusent d'applaudir seront incarcérés et torturés dans les prisons. Ce type de tyran auto-déifié pharaonique est illustré par Saddam Hussein et Kaddafi. Ce type comprend ce jeune homme, le prince héritier saoudien, qui a pris la décision de détruire le Yémen et d'assiéger le Qatar, et ceux qui refusent de soutenir une telle décision ont été emprisonnés. Par conséquent, ceux à l'intérieur du royaume saoudien qui sont réticents à soutenir le prince héritier dans le sujet du soi-disant «islam modéré» souffriront un véritable enfer dans les prisons saoudiennes.

4- Ainsi, la position d'Ibn Salman nous rappelle celle du Pharaon de Moïse qui était trop arrogant et hautain pour permettre aux Israélites de quitter l'Égypte pour fuir sa tyrannie et son oppression, et il les poursuivit jusqu'à ce que lui et ses hommes se noient dans la Mer Rouge. Tous les tyrans qui suivent les traces du Pharaon de Moïse seront tués inévitablement; le destin de Saddam Hussein et de Kadhafi sert également de rappel constant de ce fait. Ibn Salman tiendrait-il compte de cet avertissement?! Ou est-ce que son soi-disant 'l'islam modéré' le rend immunisé contre ce destin?!

5- Ibn Salman n'a jamais été connu avant que son père est devenu le roi saoudien. Les stars bien connues de la famille royale saoudienne étaient les fils de Fahd, Feisal, Abdullah et Nayef qui menaient les processions remplies d'hypocrites qui applaudissaient sans cesse à leurs pas. Soudainement, Ibn Salman est devenu le vice-prince héritier et ensuite le prince héritier, et bientôt, son «génie» caché est apparu dans les médias, et son imminence comme le prochain roi est inauguré par le siège du Qatar avec d'autres pays qui forment une alliance avec L'Arabie saoudite. De telles mesures extrêmes du siège du Qatar semblaient être la dernière étape avant de mener une guerre totale, et certaines personnes retenaient leur souffle en prévision d'une guerre. Pourtant, avec le passage du temps, le siège continue d'une manière hésitante et le prince héritier saoudien ne peut pas oser faire la guerre contre Qatar et se sentir trop embarrassé pour arrêter le siège. C'est un échec politique sans precedent. Le Qatar a gagné et Ibn Salman a perdu, et il a puni ceux qui n'ont jamais applaudi sa perte et son échec. La même chose peut être dite à propos de la guerre contre Yémen; Ibn Salman a réussi à détruire totalement l'infrastructure du Yémen et à infliger les plus mauvais dommages aux Yéménites; pourtant, c'est une guerre perdue et peut amener la chute du prince héritier saoudien. Mais qui ose dire à Ibn Salman qui a eu tort ou l'avertir en lui disant de craindre le Seigneur Dieu dans la piété? Les clergés saoudiens des membres de la famille Al-Sheikh ne peuvent pas le faire; l'aîné parmi eux a dit que c'est une apostasie de critiquer les dirigeants du pays!

6- L'auto-déifié Ibn Salman a soudainement décidé de changer la religion de son royaume wahhabite de «l'islam extrémiste» en un soi-disant «l'islam modéré». C'est lui qui a pris cette décision seul au nom de plus de 30 millions de personnes qui vivent à l'intérieur du L'Arabie saoudite. Personne n'a pris leur avis sur la religion qu'il a choisie pour eux!

7- De cette façon, l'auto-déifié Ibn Salman s'élève lui-même au-dessus de la stature du Dieu Tout-Puissant. En effet, Dieu accorde à tous les êtres humains la liberté de croire ou de ne pas croire; Dieu dit dans le Coran: "Et dis: «La vérité émane de votre Seigneur». Quiconque le veut, qu'il croie, quiconque le veut qu'il mécroie»... "(18:29). En revanche, le jeune homme Ibn Salman (âgé de 32 ans) confisque la liberté de ceux qui vivent à l'intérieur de son royaume saoudien, voire leur liberté religieuse. Ibn Salman suit la mentalité et les pas du Pharaon de Moïse qui dit à son peuple: "...Je ne vous montre pas excepté ce que je vois, et je ne vous mène pas à la seule voie de la guidance." (40:29). Le tyran hautain auto-déifié, Pharaon de Moïse, a été noyé et détruit par Dieu; Ibn Salman tiendrait-il compte de cet avertissement?! Ou est-ce que son soi-disant 'l'islam modéré' le rend immunisé contre ce destin?!

8- Ibn Salman ne pense jamais un instant que ceux qui vivent dans son royaume saoudien ont le droit de l'interroger sur ses actes. Le vrai islam, jamais connu par Ibn Salman, affirme que Dieu est le seul à ne jamais être interrogé sur ses actes, contrairement à tous les êtres humains: «S'il y avait en eux des dieux autres que Allah, ils seraient tombés en ruines. Alors gloire à Dieu, Seigneur du Trône, au-delà de ce qu'ils lui attribuent, il ne sera pas interrogé sur ce qu'il fait, mais ils seront interrogés." (21:22-23).

9- Est-ce que quelqu'un dans le royaume saoudien d'Ibn Salman oserait questionner Ibn Salman?! Ce serait comme se suicider. Cette loi saoudienne non écrite contredit le véritable islam: les dirigeants et les cheikhs savent le mieux. Cette loi signifie que c'est un crime grave d'avertir, de conseiller ou de prêcher les dirigeants saoudiens ou de leur dire de craindre le Seigneur Dieu dans la piété. Rappelons que les mouvement d'opposition dans les dernières décennies du 20ème siècle a commencé avec (le mémo du conseil), et à l'époque, le roi Fahd, son frère Salman, alors prince de Riyad, et son frère Nayef, le ministre de l'intérieur de l'époque considérait ce mémo comme un crime haineux équivalent à une haute trahison! Cela a conduit à arrêter des hommes de l'opposition qui ont été torturées dans les prisons, tandis que des leaders de l'opposition tels que Al-Masaary et Al-Faqeeh ont fui vers le Royaume-Uni. C'est la culture religieuse wahhabite enseignée au prince héritier saoudien.

10- Cette horrible culture saoudienne est à l'origine de cette notion illogique de «l'islam modéré». L'islam réel (c'est à dire, coranisme) ne connaît pas de position intermédiaire concernant le témoignage de (Il n'y a pas d'autre Dieu qu'Allah). La religion wahhabite saoudienne pratiquée dans L'Arabie saoudite déifie les dirigeants comme des divinités au-dessus de Dieu Lui-même. Nous renvoyons les lecteurs à notre article intitulé "Le Témoignage de la Religion Privée du Wahabisme saoudien: (Il n'y a pas de Dieu mais le Roi saoudien" (trouvé en anglais sur ce lien:http://www.ahl-alquran.com/English/show_article.php?main_id=16787). C'est la modération de la religion dans le royaume saoudien: les dirigeants saoudiens créent des divinités à côté de Dieu: la liste de ces dieux inclut les rois saoudiens, le fondateur de l'Arabie saoudite, Abdul-Aziz Al-Saud , et tous les saints/dieux de la religion sunnite, y compris les quatre califes pré-omeyyades, les soi-disant compagnons et les imams des hadiths comme Al-Bokhary, Ibn Hanbal, Ibn Taymiyya, Ibn Al-Qayyim et Ibn Abdul-Wahab, et ils peuvent ajouter leur grand maître, le président américain, à cette liste de divinités!

11- Ainsi, pour les dirigeants saoudiens et leurs hommes, aucun pourcentage de divinisation ne doit être consacré au Dieu!

 

Enfin: Que Dieu maudisse tous les injustes!


The views and opinions of authors whose articles and comments are posted on this site do not necessarily reflect the views of IQC.