Search:
From the Archive
Uruguay and the Transition to Democracy
Behaving Proudly and Arrogantly Without Justification (2 of 2)
THE ‘MASSES VALUE’ PRINCIPLE
The Introduction to the Book Titled "The Falsehood of Al-Aqsa Mosque of Jerusalem"
GOD AND THE PURPOSE OF CREATION
From the Arab invasion to the Arab spring
A Message from a Young man
Immigration between the Quranic Sharia Legislations and Man-Made Legislations
They Deceive People by Talking about the So-Called the Four "Righteous" Caliphs
I Am in a Muddle!
Women's Rights in Islam
CONSTITUTION OF QURANISTS
Would Hurricanes Striking the USA Be Considered as Signs of the Divine Wrath?!
Quranic Terminology: Swayed
We Are about to Despair!
MATIERE A REFLEXION
The Pharaonic Kingdom of Torture and the Absenting of the Egyptian Nation by Force from History
Egypt persecutes Muslim moderates
Refuting the Falsehood of Prophets' Dead Bodies Never Decomposed
Muslims and Islamophobia
l'Arabie saoudite sur le point de nier les hadiths sunnites: Il n'est pas difficile pour l'Arabie saoudite de se debarasser du wahhabisme

l'Arabie saoudite sur le point de nier les hadiths sunnites:

Il n'est pas difficile pour l'Arabie saoudite de se debarasser du wahhabisme

Publié le 23 octobre, 2017

Traduit par: Ahmed Fathy

 

 

Introduction: la source de la légitimité pour les régimes au pouvoir:

1- Tous les états modernes tirent leur légitimité de l'intérieur de leur nations (la nation est la source de toutes les autorités), puis vient la reconnaissance internationale à mesure que ces états modernes rejoignent l'ONU et les organisations régionales.

2- Aux époques anciennes, la légitimité était dérivée de la puissance militaire; il pourrait s'agir de conquérants militaires étrangers qui dominent les nations occupées, comme ce fut le cas pour les empires pharaonique, arabe, romain, perse, mongol, espagnol, mamelouk et ottoman et les puissances coloniales (comme Japon, Italie, France, Grande-Bretagne, et Belgique) de notre époque moderne. La puissance militaire pourrait appartenir à l'intérieur d'une nation donnée qui a vaincu le régime existant et a régné au lieu de l'ancien régime; par exemple, lorsque les Abbassides vainquirent les Omeyyades, lorsque les Fatimides vainquirent les Abbassides et gouvernèrent l'Égypte et le Levant au lieu d'eux, et que les croisés vainquirent les Abbassides et établirent leurs royaumes au Levant et en Asie Mineure.

3- Les lois de la charia sunnite reconnaissent ce qui suit: (1) 'droit' des sultans / dirigeants qui ont conquis des villes et des pays via la puissance militaire et sont devenus 'propriétaires' des peuples / nations et terres, (2) les sultans / dirigeants existants qui ont hérité des trônes, et (3) des rebelles qui ont vaincu les sultans / dirigeants existants et établi de nouveaux régimes. L'historien et érudit Al-Mawardy l'a détaillé dans son livre intitulé (Al-Ahkam Al-Sultaniyya) (ou littéralement en français: Règles des sultans).

4- Dans les déserts d'Arabie, en particulier dans la région du Nejd, de nombreux royaumes émergèrent et se combattirent; de tels états temporaires ont typiquement émergé et se sont effondrés quand ils ont été vaincus par d'autres états. Certains mouvements (par exemple, la rébellion de Zanj et des Qarmates) s'appuyaient sur une religion terrestre pour unifier ses hommes afin d'étendre leurs royaumes / états vers l'est et le nord sous une bannière religieuse, et ils s'effondrèrent lorsque sa tendance religieuse déclina graduellement. C'est exactement ce qui est arrivé aux premier et deuxième états saoudiens qui ont émergé, se sont développés, utilisant la puissance militaire et la tendance wahhabite, et ils s'effondrèrent. Cela a été fait malgré la différence des tendances religieuses extrémistes entre les Qarmates (extrémistes chiites) et l'Etat saoudien (extrémiste sunnite wahhabites). Le savant arabe au génie rare, Ibn Khaldoun, dont le livre séminal intitulé (Introduction) sur la sociologie est analysé dans notre livre intitulé "L'introduction d'Ibn Khaldoun: une étude analytique", a écrit une théorie sur le tribalisme et l'extrémisme religieux des Bédouins comme forces unificatrices. Cette théorie s'applique à l'état saoudien qui a émergé trois siècles après la mort d'Ibn Khaldoun; il dit dans son livre que les Arabes du désert ou les Bédouins sont unifiés dans des états temporaires basés sur le tribalisme et qu'ils détruisent ainsi les villes / pays civilisés; ces états temporaires gagnent en durée s'ils s'appuient sur un appel religieux extremist; deux légitimités existeraient: le tribalisme (l'épée et la puissance militaire) et la religion (les devises invitent les autres à rejoindre les forces militaires pour défendre l'islam et les dirigeants théocratiques) . Cette théorie d'Ibn Khaldoun s'applique aux états saoudiens qui se sont effondrés et à l'actuelle Arabie saoudite qui s'effondrera plus tard.

5- Nous donnons ci-dessous un aperçu de l'état saoudien entre sa «légitimité» fausse tribale (utilisant l'épée ou la puissance militaire) et sa «légitimité» fausse wahhabite, afin d'examiner la possibilité de l'élimination du wahabisme par L'Arabie saoudite donc se débarrasser de la soi-disant «légitimité» wahhabite.

 

Premièrement: l'état saoudien:

1- Lorsque le fondateur du wahhabisme, M. Ibn Abdul-Wahab, émergea dans la région du Nejd, le tribalisme dominait dans les villes qui se combattaient les unes contre les autres, fondées sur la «légitimité» de l'épée et des tribus puissantes alliées. M. Ibn Saoud était le dirigeant d'une ville-état appelée Al-Dariyya, qui n'était jamais très forte parmi les autres cités-états dans les déserts arabes. Cela a changé quand Ibn Saud a fait une alliance religieuse et politique avec Ibn Abdul-Wahhab en 1748, et Ibn Abdul-Wahhab a suppléé Ibn Saud dans cet appel religieux du wahhabisme pour déclarer tous les non-wahhabites comme des mécréants qui méritent d'être combattus et mis à la mort et que leurs pays doivent être occupés et envahis par les wahabites dirigé par Ibn Saud pour étendre son royaume. Ibn Saoud avait l'habitude de gouverner par tribalisme en héritant son trône de ses ancêtres; ce type de légitimité était reconnu à l'époque, même lorsque d'autres cités se battaient sous le joug du tribalisme et cherchaient à étendre leurs terres au détriment les unes des autres. Pourtant, la «légitimité» religieuse wahhabite fut jugée plus forte aux yeux des Arabes et des Bédouins, et un grand nombre d'entre eux se convertirent au wahhabisme et rejoignirent les rangs des djihadistes combattant sous la direction du prince Ibn Saoud pour leur religion wahhabite, en supposant qu'ils entreront au paradis après leur mort, s'ils ont été tués sur le champ de bataille ou s'ils ont atteint la victoire militaire.

2- Comme c'était le cas avec les Qarmates, la famille Al-Saoud a réussi à conquérir la plupart de L'Arabie et le premier état saoudien a émergé; ils ont occupé la région de Hejaz (où se trouve La Mecque) et ont attaqué l'Irak plusieurs fois. Les Qarmates avec leur puissance militaire ont lutté contre le califat abbasside, et de même, les Saoudiens ont lutté contre le califat ottoman. Une autre similitude est que les Bédouins du désert ont réussi (avec l'aide de l'interférence extérieure) à provoquer la chute des Qarmates, alors que l'armée égyptienne du dirigeant Muhammad Ali Pacha (et ceci est aussi une interférence extérieure) a vaincu et détruit le premier état saoudien, pour servir les ottomans et pour écraser une menace qui aurait pu menacer l'Egypte.

3- Quant à la «légitimité» saoudienne du pouvoir au sein du premier état saoudien, la famille Al-Saoud n'aurait pas obtenu une telle victoire pour annexer à leur domination la plus grande partie de l'Arabie par elle-même ou par tribalisme; plutôt, ce changement a été fait par l'intermédiaire de la «légitimité» de la doctrine wahabite sunnite Ibn Hanbal. Ainsi, la famille Al-Saoud combinait deux «légitimités»: la légitimité du tribalisme ou de l'épée (c'est-à-dire la puissance militaire) comme une famille qui réussissait à vaincre les autres dans les batailles et la légitimité wahabite sunnite, comme si les dirigeants d'Al-Saoud étaient des défenseurs de l'Islam!

4- La base et l'origine étaient la «légitimité» du tribalisme ou de l'épée alors que la famille Al-Saoud réussissait à conquérir la plupart de L'Arabie. Même Ibn Abdul-Wahhab a recouru au pouvoir militaire de la famille Al-Saoud pour vivre sous sa protection et se battre sous la bannière du prince Ibn Saoud. A propos, avant l'alliance avec Ibn Abdul-Wahhab, Ibn Saoud avait la légitimité d'hériter son trône de ses ancêtres; c'est-à-dire, son grand-père ancestral (le plus ancien ancêtre connu de la famille Al-Saoud) était celui qui a établi la ville appelée Al-Dariyya. Cette légitimité d'hériter du trône restait forte et côte à côte avec la «légitimité» wahhabite. Quand Ibn Saoud est mort en 1765, son fils Abdul-Aziz a régné, et quand il est mort en 1803, son fils aîné, Saud, a régné, et il est mort à son tour en 1814, succédé par son fils Abdullah qui a été vaincu par l'armée égyptienne dirigé par Ibrahim Pacha (fils de M. Ali Pacha, roi d'Égypte) en 1818. Cet héritage du trône a été légitime et fait en présence du fondateur du wahhabisme: Ibn Abdul-Wahhab, lui-même mort en 1791 au cours de le règne d'Abdul-Aziz Ibn M. Ibn Saud. Cela signifie que la légitimité de la doctrine wahabite sunnite était un élément secondaire qui a contribué à la légitimité tribale et héréditaire de la famille Al-Saoud au sein des notions acceptées au Moyen- Âge.

5- Au sein du deuxième état saoudien, formé uniquement dans la région du Nejd, le rôle de la légitimité de la doctrine wahabite sunnite a été éclipsé et aucune expansion en dehors de la région du Nejd ne s'est produite. Ce deuxième état saoudien a été établi par le prince Turki Ibn Abdullah Ibn Ibn Al-Saoud à Riyad, mais ses fils se disputaient entre eux,  ce qui a conduit à l'effondrement de ce second état saoudien en 1891 par la famille Al-Rasheed qui a régné la région d'Al-Hael. Le dernier prince saoudien, Abdul-Rahman Ibn Al-Fayçal Ibn Turki, a quitté Riyad et a déménagé au Koweït. La légitimité wahhabite diminuée (qui était, en fait, presque absente) lors de l'émergence du second état saoudien renforça le rôle de la légitimité du tribalisme et du trône hérité de la famille saoudienne, ce qui conduisit au fait que les frères du même prince (c'est-à-dire, prince Turki) se sont battus les uns contre les autres et sont devenus si faibles que les dirigeants de la région Al-Hael (qui étaient fidèles à la famille Al-Saoud) ont vaincu la famille Al-Saoud et provoqué l'effondrement de la deuxième état saoudien. Il est à noter que la famille Al-Rasheed fut wahhabites mais sa wahhabisme ne l'empêcha pas de combattre la famille Al-Saoud.

6- Le rôle du wahhabisme a diminué à l'époque où Abdul-Aziz Ibn Abdul-Rahman Ibn Al-Fayçal Ibn Turki Ibn Al-Saoud a commencé en 1902 les efforts pour établir le troisième état actuel saoudien. Les massacres perpétrés par le premier état saoudien (écrasé par l'armée égyptienne) et les luttes intestines au sein du second état saoudien (écrasé par les dirigeants d'Al-Hael) persistent encore dans l'esprit des Bédouins de L'Arabie. En fait, Abdul-Aziz Al-Saud a beaucoup souffert des positions oscillantes et de la loyauté changeante des Bédouins en tant qu'alliés lui-même et s'est retourné contre lui (et vice versa) plusieurs fois. Cela a poussé Abdul-Aziz Al-Saud à réanimer le wahhabisme pour unifier ces Bédouins sous une bannière religieuse. En effet, il a ressuscité l'idée des Qarmates de construire des cités / colonies dans les déserts (appelés centres d'immigration) pour entraîner les Bédouins militairement et religieusement et à chacun d'eux l'obéissance aveugle et la loyauté envers leur prince et leader Abdul-Aziz Al-Saoud. Les Qarmates ont construit de tels centres / villes pour enseigner à leurs disciples leur doctrine chiite et leurs compétences militaires de la même manière que l'obéissance aveugle et la loyauté à leurs dirigeants Qarmates. De tels camps militaires avaient des mosquées pour enseigner le wahhabisme aux Bédouins comme si c'était l'islam; on leur enseignait qu'ils avaient le «droit» de massacrer tous les «infidèles» (c'est-à-dire, les non-wahhabites qui refusent de se convertir!) et de confisquer leurs terres, leurs femmes et leurs biens. Abdul-Aziz Al-Saud a appelé ces guerriers les frères du Nejd qui ont été formés pour être des combattants féroces et sauvages qui préféreraient mourir (sans doute pour aller au paradis!) que d'accepter la défaite. Ils ont aidé Abdul-Aziz Al-Saud à «restaurer» les régions gouvernées comme un royaume par ses ancêtres au nom du wahhabisme et par les épées des frères du Nejd. Cette victoire a conduit à l'émergence du troisième état saoudien, et les frères du Nejd ont estimé qu'ils ont joué un rôle majeur dans cette réalisation et ils ont vu - avec leurs cheikhs wahhabites - avoir le "droit" de gouverner l'état saoudien établi par leur épées et leur wahhabisme. Cela a conduit à la première collision entre la «légitimité» saoudienne d'un trône gagné par l'épée (selon Abdul-Aziz Al-Saud) et la «légitimité» wahhabite considérée comme étant au-dessus de tout dirigeant (selon les frères du Nejd et cheikhs wahhabites). Dans notre livre en anglais intitulé "Les mouvements d'opposition wahhabites dans le Royaume d'Arabie saoudite au XXe siècle" (trouvé sur ce lien: http://www.ahl-alquran.com/arabic/book_main.php?main_id=85), nous avons détaillé les étapes de la façon dont les frères du Nejd ont opposé leur maître Abdul-Aziz Al-Saud dans des conférences et des révoltes armées, et ils ont finalement été vaincus et écrasés dans la bataille de Sabilla en 1930. Abdul-Aziz Al-Saud a réussi à faire les cheikhs wahhabites se soumettent à son trône et il confiné et limitéla «légitimité» de l'état saoudien aux membres de la famille Al-Saoud. Cela signifie qu'Abdul-Aziz Al-Saoud restauré par les régions de l'épée dirigées par ses ancêtres, et il a déclaré que la souveraineté appartient à Dieu et ensuite aux fils d'Ibn Saoud.

7- Abdul-Aziz Al-Saoud dans une mesure préventive pour empêcher la possibilité de l'émergence de tout mouvement d'opposition ou de rébellion nommée l'état saoudien après sa famille en 1932: le Royaume d'Arabie Saoudite. Ainsi, il n'a jamais pensé à le nommer le royaume saoudien wahhabite, ou quoi que ce soit de ce genre; il a plutôt délibérément ignoré l'utilisation du terme "wahhabisme" à l'intérieur de L'Arabie saoudite et a utilisé le terme «islam»! Cette grave erreur a terni le nom de l'islam, le faisant apparaître comme responsable des crimes odieux commis par les wahhabites. Abdul-Aziz Al-Saud avait prévu plus tôt de se débarrasser des frères du Nejd après les avoir utilisés pour fonder son royaume, et il avait établi un groupe alternatif: le groupe terroriste MB (les Frères musulmans), établi en 1928 en Egypte. Pourtant, Abdul-Aziz Al-Saud a empêché les membres du MB égyptien de travailler à l'intérieur de L'Arabie saoudite, afin que la légitimité de son état saoudien ne provienne pas du wahhabisme mais des membres de la famille royale saoudienne qui ont hérité du trône et du royaume de leurs ancêtres.

 

Enfin, il n'est pas difficile pour l'Arabie saoudite de se debarasser du wahhabisme:

1- Les mouvements d'opposition wahhabites ne se sont pas terminés à l'intérieur de L'Arabie saoudite après avoir vaincu les frères du Nejd (la plupart d'entre eux ont été tués et les autres ont été neutralisés); les revenus pétroliers ou les pétrodollars ont encouragé les membres de la famille royale saoudienne à propager le wahhabisme en dehors de L'Arabie saoudite. Cela a accru la crédibilité de cette fausse légitimité wahhabite, la même arme utilisée par les mouvements d'opposition wahhabites et les personnalités à l'intérieur et à l'extérieur de L'Arabie saoudite qui se rebellent contre la famille royale Al-Saoud et incitent à la révolte: Juhayman Al-Otaybi (qui occupa la mosquée sacrée Kaaba en des années 1970 et prit des pèlerins en otages) et les penseurs rebelles / cheikhs Al-Masaary, Al-Faqeeh, Salman Ouda et Safar Al -Hawali, ainsi que des terroristes wahabites comme Ben Laden et Al-Qaïda. L'expansion wahhabite dans le monde entier a ajouté de nouveaux ennemis à la longue liste d'ennemis jurés des membres de la famille royale Wahabi Al-Saoud. Cela signifie que l'état saoudien a fait une bête qui s'est finalement retournée contre elle; les organisations terroristes wahhabites comme le MB, Al-Qaïda et ISIS (et celles qui émergeront après ISIS!) sont maintenant les ennemis jurés de L'Arabie saoudite et de la famille royale saoudienne. En outre, le coût de la protection du wahhabisme contre la critique, la discussion et l'interrogation est exorbitant et très élevé; en fait, les charges politiques et militaires requises par le wahhabisme dépassent maintenant la capacité (financière) de la famille royale saoudienne. Rappelons-nous que ces alliés de L'Arabie saoudite (en particulier les États-Unis) commencent à critiquer de L'Arabie saoudite ouvertement.

2- Aujourd'hui, beaucoup de gens attendent avec impatience l'effondrement «horrible» imminent de L'Arabie saoudite et la chute des membres de la famille royale saoudienne; par conséquent, ce n'est pas le moment pour des solutions temporaires qui ne dureront pas ou ne seront pas efficaces à long terme, comme «réviser» et «sélectionner» certains hadiths et rejeter d'autres. Les événements du monde d'aujourd'hui sont plus rapides: les tentatives d'embellir le visage terriblement laid du wahhabisme n'auront être utiles, même si de grosses sommes d'argent sont consacrées à de telles tentatives. De tels efforts ne seront d'aucune utilité; les victimes du wahhabisme et les bains de sang causés par wahhabisme augmentent avec le passage du temps maintenant. L'Arabie saoudite a besoin d'une solution radicale peu de temps avant que les tempêtes n'érodent et provoquent l'éviction des membres de la famille royale saoudienne qui se disputent déjà entre eux. A noter que le Yémen est comme l'Afghanistan: un véritable cimetière pour les envahisseurs, même Abdul-Aziz Al-Saud a refusé de l'envahir après avoir vaincu son souverain, en disant que le Yémen n'a jamais fait partie des royaumes saoudiens établis par ses ancêtres!). Le maître de la Maison Blanche rêve toujours de traire de plus en plus la vache saoudienne! Il y a ceux aux Etats-Unis qui réfléchissent sérieusement aux avantages et aux inconvénients des deux situations rentables: traire la vache saoudienne à la dernière goutte de lait (et de sang!) ou encore abattre immédiatement cette vache saoudienne!

3- Le fondateur de l'Arabie saoudite, le roi Abdul-Aziz Al-Saud, a été généreux avec le reste des frères du Nejd qui n'ont pas été tués dans la bataille d'Al-Sabilla quand ils ont été vaincus; il les a forcés à se retirer après leur avoir accordé de grandes récompenses financières pour vivre en paix, mais en marge. Le roi Salman, le fils d'Abdul-Aziz Al-Saud, peut faire la même chose avec les membres de la famille Al-Sheikh et leurs semblables parmi les membres du clergé wahhabite qui vivent encore dans les grottes du Moyen Âge. Il suffit que le roi Salman déclare ou publie un décret selon lequel le wahhabisme n'est plus apte à être la religion officielle de son royaume. Quand il ferait cela, le clergé wahabites à l'intérieur de l'Arabie saoudite n'oserait jamais protester contre sa déclaration ou son décret. La raison: tout simplement parce que le wahhabisme s'effondre et décline déjà; sa durée de vie prévue a pris fin lorsque l'Arabie saoudite a été modernisée. Le seul qui porte le fardeau de wahhabisme sur ses épaules est le roi saoudien; il devrait jeter ce fardeau pour éliminer et mettre fin au wahhabisme afin que le monde entier s'en débarrasse.

4- Mais comment le wahhabisme doit-il être éliminé de l'actuel état saoudien? Nous fournissons la réponse à cette question dans le prochain article.

 

Signature:

Dr. Ahmed Subhy Mansour

La Virginie, Les États-Unis


The views and opinions of authors whose articles and comments are posted on this site do not necessarily reflect the views of IQC.