Search:
From the Archive
The False Penalty of Apostasy, (killing the apostate).
Fatwas: Part Thirty-Four
Prepare your heart and soul
A Piece of Advice for the Egyptian President Abdel-Fattah Al-Sisi to Get Rid of the Control of the Head Sheikh of Al-Azhar and his ISIS-like Azharite Clergymen
Statement by the International Quranic Center in
Building Churches is a recognized right in
Othman Ibn Affan Was the Spy Who Betrayed Muhammad and the Believers before the Battle of Badr
Bin Laden, No More
The Enormity of Hunger Revolts
Why Do People Convert To Islam
THE DOCUMENTED JEWISH ROOTS OF SAUDI ROYAL FAMILY
"They Had Found their Parents Astray." (Quran 37:69)
The Timing of the Fasting Month of Ramadan: The Introductory Article
Islamic Tolerance: A Comparison between Egypt and the USA:
Fanatic Fatwas
The Swiss Ambassador exposed the Conspiracy against Colonel ELghanam
With the current Egyptian revolution, the countdown for Wahhabism just
Quranic Terminology: Perhaps
Children of their Alley! : An Allegory
Abraham, the First Muslim
l'Arabie saoudite sur le point de nier les hadiths sunnites

 

 

l'Arabie saoudite sur le point de nier les hadiths sunnites

Publié le 20 octobre, 2017

Traduit par: Ahmed Fathy

Introduction:

  C'est le décret le plus important publié dans L'Arabie saoudite depuis l'émergence d'Al-Saoud comme dirigeants en 1745 et l'alliance impie entre M. Ibn Saud et M. Ibn Abdul-Wahhab: le décret et l'initiative du roi Salman que nous avons lu récemment dans les nouvelles sur la création d'une institution pour examiner les hadiths tout en visant à exclure les mensonges et les fabrications sur le prophète Mahomet. La chaîne américaine Al-Hurra et son site web ont contacté nouspour obtenir notre point de vue sur cette nouvelle, et le site internet d'Al Hurra ne mentionne qu'un très bref résumé de notre point de vue et pas tous nos mots. Nous écrivons dans cet article notre point de vue en détail.

 

Premièrement, nous sommes le premier penseur, depuis 1982, à demander la révision des hadiths de la soi-disant Sunna:

1- Dans le premier de nos livres intitulé "Al-Sayed Al-Badawi entre le fait et le mythe" publié au Caire, en Égypte, en 1982, nous appelons à la révision des hadiths en utilisant le Coran comme seul critère pour exclure les hadiths faux. nombre d'entre eux exhortent les jeunes à recourir à la violence et au terrorisme. A ce stade de notre carrière de penseur, nous avions l'habitude de supposer qu'on pouvait croire en certains hadiths qui ne contredisent jamais le Coran, avant de se plonger dans un reflet plus profond du Coran pour inférer que le Coran est le seul Discours pour croire en l'Islam et que nous devons rejeter tous les hadiths.

2- Nous avons d'abord tenté de examiner le livre des hadiths Al-Bokhary, et quand notre recherche a montré que ce livre horrible contredit le Coran, nous avons déclaré ce point de vue à l'université Al-Azhar et au sein d'une société sunnite basée au Caire, appelé "L'Appel de la vérité" dans lequel nous étions un membre important dans les années 1980. Tous les membres du clergé Azharite et non-Azharite se sont opposés à notre personne et nous ont appelés comme un 'infidèle' qui renie les hadiths sunnites. Les sunnites et les soufis à l'intérieur et à l'extérieur de l'Université Al-Azhar étaient unis contre notre personne, et nous avons quitté la société sunnite appelée "L'Appel de la vérité" et nous avons présenté notre démission en tant que professeur à l'Université Al-Azhar. Peu après, en 1987, nous avons été incarcérés pendant des mois, et à l'intérieur de notre cellule de prison se trouvaient certains des coranistes. Les médias et les policiers égyptiens utilisent le terme (coranistes) pour la première fois. Cette sévère persécution par le régime Moubarak a été incitée de manière flagrante par L'Arabie saoudite. Nous sommes parvenus à la conclusion que, selon la Vérité Coranique, on doit croire SEULEMENT en un seul discours au sein de l'islam: la Parole Divine de Dieu: le Coran. En 1990, nous avons écrit un autre livre séminal intitulé "Le Coran: Suffisant en tant que source de la législation islamique" (trouvé en anglais, sur ce lien: http://www.ahl-alquran.com/arabic/book_main.php?main_id = 92). Les coranistes en Égypte ont subi plusieurs vagues d'arrestations provoquées par la lourde influence saoudienne sur le régime égyptien. Cette infiltration saoudienne au sein de l'État profond égyptien et à Al-Azhar continue d'être plus forte que jamais sous le règne du président égyptien actuel; ces penseurs égyptiens qui ont osé critiquer quelques hadiths ont été emprisonnés; par exemple, M. Eslam Al-Beheiry (libéré après plusieurs mois) et M. M. Abdullah Nasr qui n'a pas encore été libéré: voir nos deux articles en anglais à propos de lui: http: //www.ahl-alquran.com/English /show_article.php?main_id=16173/http://www.ahl-alquran.com/English/show_article.php?main_id=17063 et notre vidéo sous-titrée en anglais sur lui: https://www.youtube.com/watch?v= 81Ay74OgD4U). L'Arabie saoudite déclare maintenant officiellement l'intention de «réviser» les soi-disant les hadiths sunnites.

Deuxièmement: si L'Arabie saoudite est vraiment sérieuse et sincère à propos de l'intention de «réviser» les hadiths de sa religion sunnite wahabite, ce qui suit doit être fait:

1- L'Arabie saoudite doit formellement présenter ses excuses en public aux personnes incarcérées en raison de son influence - nous ne voulons pas dire les coranistes ou notre personne; nous pensons plutôt à ces penseurs sunnites comme M. Nasr et M. Al-Beheiry qui désirent «réviser» les soi-disant les hadiths sunnites pour exclure certains d'entre eux. L'Arabie saoudite doit commander au président égyptien, qui est soumis au roi saoudien, de libérer M. Nasr de prison et de s'excuser publiquement auprès du penseur / chercheur / avocat égyptien (et ancien juge), M. Ahmed Abdou Maher qui est engagé dans le djihad intellectuel avec sa plume, sa présence en tant qu'invité dans les talk-shows des chaînes de télévision égyptiennes et aussi dans les tribunaux égyptiens car il demande à Al-Azhar d'exclure les hadiths d'Al-Bokhary (et les hadiths d'autre auteurs) de la religion sunnite que M. Maher embrasse et du curricula azharites corrompu et obscurantiste.

2- L'Arabie saoudite doit immédiatement libérer le cheikh / penseur saoudien Hassan Farhan Al-Maliki de prison et s'excuser auprès de lui. En fait, nous pensons que le Dr Al-Maliki est le meilleur penseur maintenant en Arabie et il nous rappelle le feu rebelle et penseur saoudien, M. Nasser Al-Saeed.

3- Nous avons abordé et analysé la vision réformiste de M. Nasser Al-Saeed apparue il y a 50 ans, et comment elle reste valable et applicable pour réformer L'Arabie saoudite et empêcher son effondrement, dans notre livre (en anglais) intitulé "Les Mouvements d'opposition wahhabites dans le Royaume d'Arabie saoudite au XXe siècle", trouvé sur ce lien: http://www.ahl-alquran.com/arabic/book_main.php?main_id=85

 

Troisièmement: la question problématique de la «révision» des hadiths en général:

1- Nous avons réfuté la notion (ou plutôt l'effort futile et inutile) pour corriger les hadiths d'Al-Bokhary et avons répété notre appel à rejeter tous les hadiths dans l'article (en anglais) intitulé «La mission toxique de 'corriger' le Livre d'Al-Bokhary "(trouvé sur ce lien: http://www.ahl-alquran.com/English/show_article.php?main_id=16821). En effet, il est inutile de «réformer» la religion sunnite en excluant certains ou la plupart des hadiths; Il est préférable de rejeter la religion sunnite fabriquée et d'adhérer à l'islam réel (c'est-à-dire, le coranisme). En fait, la religion sunnite est fausse; une simple religion diabolique de Satan comme la religion chiite, le soufisme, le judaïsme, le catholicisme, le christianisme orthodoxe, le protestantisme, l'hindouisme, le baha'isme, le bouddhisme, etc. Toutes ces religions appellent au polythéisme. Le Coran est descendu du Ciel pour purifier les êtres humains de telles religions propagent le polythéisme. Ainsi, la vraie réforme n'est pas d'exclure certains ou la plupart des hadiths, mais de rejeter complètement les hadiths des sunnites, et il en va de même pour les hadiths des soufis et des chiites. Ainsi, la révision des hadiths ne nous concernent pas; les coranistes rejettent complètement les hadiths de tous types. Par conséquent, le véritable problème réside dans les faux décrets ou les fausses décisions de L'Arabie saoudite visant à «modifier» ou «changer» les formes de la corruption religieuse au lieu de l'éradiquer et d'exclure d'autres faussetés. La religion sunnite wahhabite de Satan doit disparaître pour faire place à la vraie religion monothéiste de Dieu: la Vérité Coranique ou coranisme.

2- La notion qui consiste à «corriger» les hadiths est problématique car elle est basée sur des caprices et des désirs personnels. En fait, les caprices des membres du clergé à toutes les époques ont provoqué l'émergence de tant de doctrines et de sectes. Il est à noter que les hadiths d'al-Bokhary se contredisent même dans la même page! Nous l'avons prouvé dans notre livre intitulé "Le Coran: Suffisant en tant que source de la législation islamique". À de nombreuses époques, les imams / clergé des religions terrestres et fabriquées par l'homme ont écrit et concocté des hadiths selon leurs caprices et les ont attribués faussement à Mahomet plus de 200 ans après sa mort. En fait, des millions de hadiths ont été écrits et concoctés au cours de la seconde ère abbasside par les soufis, les sunnites et les chiites. Le clergé sunnites et les érudits ont examiné les hadiths pour exclure les hadiths chiites et beaucoup de savants différaient et se contredisaient (selon les caprices personnels et les désirs) concernant les critères pour garder ou exclure les hadiths. Al-Dhahaby, l'historien et érudit, a affirmé dans son livre que deux savants ne se sont pas mis d'accord sur la façon d'exclure et d'inclure les hadiths comme erronés ou vrais. De nombreux érudits émettent des doutes sur les textes et les séries de narrateurs de nombreux hadiths. Beaucoup d'érudits ont abordé dans leurs livres le problème des hadiths fabriqués, comme Ibn Al-Jawzy (au sein de la deuxième ère abbasside) et Ibn Taymiyya, Al-Siyouti et Ibn Al-Qayyim (au sein de l'ère mamelouke) ainsi qu'Al-Albany (1914-1999). De telles tentatives futiles de «réviser» les hadiths n'ont apporté aucun progress. De même, les efforts saoudiens (même s'ils sont faits sérieusement) pour «réviser» les hadiths ne serviront à personne et ne seront qu'une perte de temps.

 

Quatrièmement: la question problématique de la "révision" des hadiths à l'intérieur de L'Arabie saoudite en particulier:

1- Il est amusant que des érudits et clergé wahhabites (en particulier la famille Al-Sheikh), contrôlés par des membres de la famille royale saoudienne, aient passé la majeure partie de leur vie à défendre de tels hadiths dans le cyberespace, les médias, les livres, les fatwas etc.) et à declarer coranistes comme «infidèles» et «apostats», n'auront aucun problème à endosser la nouvelle position de leur dieu, le roi saoudien, et ils ne trouveront aucun scrupule à manger leurs mots et applaudir sans vergogne la révision des hadiths!

2- Le vrai problème est que si L'Arabie saoudite rejette les hadiths d'Al-Bokhary et de ses semblables, les écrits de M. Ibn Abdul-Wahab perdront leur valeur et seront rendus inutiles et les fondements idéologiques des premier, deuxième et troisième états saoudiens disparaîtra avec la «légitimité» wahhabite sunnite de l'existence de L'Arabie saoudite.

3- Tous les livres wahhabites de M. Ibn Abdul-Wahab et d'autres doivent être réfutés et rejetés plus tard avec tous les hadiths sunnites; de telles traditions forment la base idéologique des terroristes wahhabites: le MB (les Frères musulmans), l'ISIS (ou EIIL), Al-Qaïda et leurs semblables, car ils embrassent le fiqh sunnite et les hadiths qui incitent à la violence, à l'effusion de sang et au terrorisme.

4- Est-ce que L'Arabie saoudite peux désavouer les hadiths d'Al-Bokhary qui incitent à la violence, à l'effusion de sang et au terrorisme? Ces hadiths incluent celui sur la lutte contre l'humanité jusqu'à ce que tous les gens déclarent qu'il n'y a pas d'autre Dieu qu'Allah et Mahomet est Son Prophète. Le wahhabisme est basé sur la doctrine extrémiste d'Ibn Hanbal. Est-ce que L'Arabie saoudite oserait rejeter le hadith des savants de la doctrine d'Ibn Hanbal sur le massacre d'un tiers des «sujets» pour «réformer» les deux autres tiers? Les savants saoudiens du fiqh oseraient-ils critiquer et réfuter les fatwas de Ibn Taymiyya, un intellectuel de la doctrine d'Ibn Hanbal, de l'ère mamelouke, qui permettent le meurtre de personnes pour des milliers de raisons triviales? Nous avons discuté de la pensée sanglante d'Ibn Taymiyya dans un livre traitant de la constitution 2012 concocté en Egypte sous le président du MB, évincé en 2013 lors de la révolte du 30 juin.

5- Est-ce que L'Arabie saoudite oserait critiquer Al-Bokhary divinisé par les érudits wahhabites maintenant? Rappelons aux lecteurs que les Saoudiens ont appelé notre personne comme un 'infidèle' quand nous avons attaqué et réfuté le livre d'Al-Bokhary. Il n'y a rien appelé notions sunnites dans le vrai islam; il y a des hadiths fabriqués par tant de personnes dans la religion sunnite, et quand on rejette les hadiths sunnites, on rejette complètement toute la religion sunnite (avec toutes ses traditions, sectes, doctrines, livres, hadiths, fiqh, etc.). Par conséquent, L'Arabie saoudite oserait-elle nier les hadiths sunnites? Est-ce que les savants saoudiens seraient-ils considérés comme des "infidèles", la même accusation portée contre nous dans les années 1980?

6- L'Arabie saoudite a répandu l'épidémie appelée wahhabisme dans le monde entier avec le terrorisme, l'effusion de sang et les bains de sang. L'Arabie saoudite a établi des universités wahhabites à l'intérieur et à l'extérieur de L'Arabie saoudite. L'Arabie saoudite contrôle entièrement Al-Azhar au Caire et tous les centres soi-disant «islamiques» et les mosquées sunnites aux États-Unis, dans l'UE et dans les pays occidentaux en général. L'Arabie saoudite oserait-elle réformer les programmes sunnites wahabites dans de telles institutions wahhabites dans le monde entier?

7- Une question persistante en passant: quelle serait la réaction du chef d'Al-Azhar, qui est typiquement soumis à L'Arabie saoudite, puisqu'il a fait de son mieux pour persécuter ceux qui tentaient de reviser les hadiths et les fiqh à l'intérieur de l'Université Al-Azhar d'un côté les programmes scolaire et d'autre part les hadiths de la religion sunnite terrestre?!

 

Cinquièmement: la raison derrière la déclaration d'un tel décret par L'Arabie saoudite:

1- Dans notre livre (en anglais) intitulé "Les mouvements d'opposition wahhabites dans le royaume d'Arabie saoudite au vingtième siècle" (trouvé sur ce lien:http://www.ahl-alquran.com/arabic/book_main.php?main_id=85) , nous affirmons que le wahhabisme fournit une fausse légitimité aux dirigeants tyranniques wahhabites et aussi aux rebelles wahhabites qui prétendent être plus «religieux» que les tyrans actuels et actuels pour avoir la chance d'accéder au pouvoir après une guerre possible. Cette éviction des tyrans (par révoltes ou coups d'état). C'est ainsi que les mouvements d'opposition wahhabites ont émergé à l'intérieur et à l'extérieur de L'Arabie saoudite: les Frères du Nejd (qui ont aidé Abdul-Aziz Al-Saud), le terroriste MB, Juhayman Al-Otaybi, Al-Masaary, Al-Faqeeh, Salman Ouda, Safar Al-Hawali, ISIS, Al-Qaïda et bien d'autres qui verront le jour à l'avenir.

2- L'Arabie saoudite a atteint ce point de poser la question centrale: quand va-t-elle s'effondrer? L'état saoudien a été établi trois fois et s'est effondré deux fois: le tout premier a été détruit par l'armée égyptienne de roi Muhammad Ali Pacha en 1818. Le deuxième état saoudien s'est effondré à cause des disputes et des luttes au sein du foyer saoudien. Le troisième état saoudien actuel, c'est-à-dire L'Arabie saoudite, finira par s'effondrer malgré le fait que son influence et son contrôle ont atteint un niveau sans précédent jamais imaginé par son fondateur et premier roi: Abdul-Aziz Al-Saud. La génération des fils d'Abdul-Aziz Al-Saud s'est terminée par le roi Salman; la génération des petits-enfants est représentée par le prince héritier M. Ibn Salman. Quand il sera intronisé , L'Arabie saoudite sera certainement confrontée à des menaces internes au sein des membres de la famille royale saoudienne qui se disputeront et s'opposeront les uns aux autres. Cela ne veut pas dire que les chiites doivent faire face à L'Arabie saoudite et au niveau régional (c'est-à-dire, l'Iran, les Houthis et le Hezbollah). En ce qui concerne le niveau international, la plupart des pays sont informés maintenant - grâce aux efforts intellectuels de tous les coranistes - que L'Arabie saoudite wahhabite est l'axe du mal dans le monde et le pays qui finance ISIS. La plupart des pays réalisent maintenant que le wahhabisme n'a rien à voir avec l'islam. L'Arabie saoudite fait face à la fureur de l'Occident; L'Arabie saoudite a cherché obséquieusement à plaire (ou à apaiser) Donald Trump par centaines de milliards de dollars américains et en établissant ouvertement des centres pour «combattre» l'extrémisme. En raison de la pression internationale, et par crainte que des terroristes de l'EIIL (ou ISIS) puissent émerger à l'intérieur de L'Arabie saoudite, le roi saoudien essaye maintenant d'accorder plus d'années au royaume qui s'effondre en retirant la sanctification des piliers du wahhabisme en permettant la révision des hadiths. Cela ne mettra pas fin à la brutalité et à la violence des policiers saoudiens qui incarcèrent, torturent ou tuent ceux qui critiquent ou s'opposent aux dirigeants déifiés. Ainsi, les hadiths qui exhortent l'obéissance aveugle aux dirigeants seront conservés et jamais exclus, bien sûr!

3- Finalement, le décret saoudien autorisant la révision des hadiths n'aboutira à rien du tout; les figures de l'opposition wahhabites rejettent les hadiths qui exhortent l'obéissance aveugle aux dirigeants et insistent pour se rebeller contre les dirigeants «infidèles» au sein du djihad wahhabite; d'ailleurs, ces figures d'opposition wahhabites utiliseront des écrits de M. Abdul-Wahab pour miner la légitimité wahhabite de la famille royale Al-Saoud, comme l'a fait Al-Masaary, basé à Londres, et d'autres comme lui.

 

Enfin, la meilleure solution est que les membres de la famille royale saoudienne doivent rompre toutes leurs relations avec le wahhabisme pour toujours. Ce sujet va être discuté dans l'article prochaine.

 

 

Signature:

Dr. Ahmed Subhy Mansour

La Virginie, Les États-Unis


The views and opinions of authors whose articles and comments are posted on this site do not necessarily reflect the views of IQC.